4 novembre 2014 AccueilMédecineMédecine doucePhytothérapieVertus médicinales du gingembre

Les vertus médicinales du gingembre

C’est de l’Asie du Sud-est qu’est originaire le gingembre, une plante rampante très utilisée en cuisine. Depuis plus de 6 000 ans, cette espèce végétale occupe une place importante dans plusieurs médecines asiatiques et indiennes. Le gingembre peut être consommé au quotidien, nettoyé et râpé. Il existe des préparations spécifiques dans le cadre du traitement d’une maladie donnée. Avec ce produit naturel, les contre-indications et effets indésirables ne sont pas nombreux, ce qui en fait une plante très appréciée en phytothérapie.

Le gingembre se décline en deux parties, à savoir sa partie souterraine appelée rhizome et sa partie aérienne laissant voir des feuilles et une tige. C'est le rhizome de la plante qui est utilisé aussi bien en cuisine qu'en phytothérapie.

On le reconnait par son aspect noueux et branchu qui impose toujours un épluchage et un lavage avant utilisation. Pris cru, en liquide ou réduit en poudre après avoir été séché, le gingembre reste efficace dans le traitement de diverses pathologies.

Principes actifs et propriétés thérapeutiques

La teneur en shogaol et en gingérol du gingembre est appréciable, deux éléments qui ont des effets antiémétiques – c'est-à-dire qu'ils combattent nausées et vomissements – et aussi des vertus anti-inflammatoires.

Ces substances agissent directement sur la muqueuse de l'estomac afin de garantir son bon fonctionnement. Elles sont également à l'origine des qualités stimulantes du gingembre et qui permettent à la plante de faciliter la sécrétion de la bile, de la salive et des sucs gastriques.

En outre dans cette plante, on note la présence d'amidon, d'huiles essentielles, de vitamines et plusieurs minéraux indispensables pour dynamiser l'organisme. Le gingembre est une plante qui possède des valeurs antivirales et est capable de garantir un bon fonctionnement du système immunitaire. Il s'agit en général d'un bon tonique pour l'organisme.

Pathologies pouvant être traitées par le gingembre

L'utilisation du gingembre est indiquée dans le traitement et la prévention des nausées et des vomissements apparaissant lors d'un réveil post-chirurgical, une grossesse, un mal de transport ou dans le cadre d'une chimiothérapie anticancéreuse.

Les digestions difficiles peuvent aussi être traitées avec la plante qui stimulera la sécrétion de la bile. Avec l'huile essentielle du gingembre, il est possible de mettre fin aux douleurs de l'arthrose. Les vertus thérapeutiques de la plante permettent aussi de combattre les insomnies, les migraines, les hémorroïdes, les allergies, les états grippaux et la fièvre.

Utilisations, dosage et contre-indications

Il existe une multitude de façons d'utiliser le gingembre dans le cadre d'un traitement. Lorsqu'on veut lutter contre la nausée par exemple, une tranche de rhizome peut être mâchée simplement. Une infusion est réalisable aussi en mettant 1 g de rhizome séché dans une tasse d'eau bouillante. La poudre de gingembre est consommée dans le cadre du traitement de diverses pathologies et généralement, on en prend entre 500 à 1000 mg chaque jour.

La plante est en outre élaborée en teinture dont la prise est recommandée avant les repas. A ce propos, le dosage idéal dépend du motif de la prise et est généralement compris entre 10 et 20 gouttes.

Dans le cas d'un usage externe, des cataplasmes infusés avec du gingembre peuvent être réalisés. On peut s'en servir ainsi pour soulager les articulations douloureuses. Il faut noter qu'il n'est pas bon de consommer du gingembre en cas de calculs ou obstruction des voies biliaires.

Hormis l'usage alimentaire, les femmes enceintes ne devraient pas consommer du gingembre. Enfin la plante n'est pas recommandée aux enfants de moins de 6 ans.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Phytothérapie

Médecine douce

Santé Doc