30 novembre 2014 AccueilMédecineMédecine doucePhytothérapieThym

Du thym, contre les infections hivernales

La consommation du thym est recommandée dans le traitement des infections hivernales. Cette plante de la famille des Lamiacées est pourvue de plusieurs substances lui permettant d’exercer une action intéressante sur les bronches. Depuis longtemps, les vertus thérapeutiques du thym ont été mises en évidence, ce qui fait que son utilisation ne se limite pas seulement au domaine culinaire. Autrefois, plusieurs peuples s’en servaient traditionnellement pour élaborer divers remèdes.

Plante vivace originaire du bassin méditerranéen et connu sous le nom scientifique « Thymus vulgaris », le thym (appelé aussi serpolet) est une espèce botanique capable de combattre les infections de l'hiver. Son action thérapeutique a même été prouvée par plusieurs études et celle-ci a été jugée efficace. En phytothérapie, ce sont les feuilles et les fleurs du thym qui sont recherchées pour la préparation des produits médicinaux.

Propriétés du thym

Une protection de l'organisme contre les virus et les bactéries est possible avec le thym. La plante a en effet des propriétés antivirales et antiseptiques permettant de lutter contre les pathologies hivernales. Aussi, on lui reconnait des qualités antispasmodiques, expectorantes et stomachiques. Toutes ces vertus sont dues aux diverses substances contenues dans le thym.

Ses propriétés antispasmodiques sont par exemple à mettre au compte de la présence des flavonoïdes dont l'action permet d'apaiser les toux, particulièrement les grasses. Dans l'huile essentielle du thym, on trouve le thymol qui est un terpénoïde agissant comme un bactéricide. La plante contient également du carcavrol, une substance facilitant l'évacuation des mucus.

Utilisation du thym contre les infections hivernales

Pour traiter la toux grasse qui apparaît souvent en hiver, le thym séché peut être pris en infusion. Il faudrait pour cela utiliser une cuillerée à café du remède par tasse. Une prévention des laryngites et des infections de la gorge est également possible avec le thym pris en bain de bouche ou en gargarisme.

Pour bien dégager les voies respiratoires, on peut inhaler l'huile essentielle issue de l'espèce. Mais le résultat est plus efficace quand on l'associe aux feuilles de la plante fraiche ou séchée. Par exemple, du thym frais peut être mis dans de l'eau bouillante avant qu'une goutte de l'huile essentielle y soit ajoutée. En outre une infusion de thym séché associé à du clou de girofle et de l'écorce de cannelle est efficace pour traiter la grippe. Et puis la plante peut être combinée à l'ail pour une infusion destinée à combattre le rhume.

Contre-indications

Les remèdes à base de thym ne sont pas conseillés aux femmes enceintes ainsi qu'à celles qui allaitent. Les enfants à bas âge doivent s'abstenir aussi de consommer la plante, de même que les personnes insomniaques. Le thym doit être évité en cas d'allergie aux plantes de la famille des Labiées, telles que la sauge, la menthe, la lavande et le romarin.

Avant de consommer l'huile essentielle de thym, les recommandations d'un spécialiste sont indispensables car en cas de surdosage, cette huile devient dangereuse. En outre, une application sur la peau doit se faire après une dilution dans de l'huile végétale. Les traitements faits à partir du thym sont en général très peu suivis d'effets indésirables, à part de rares réactions allergiques matérialisées par des brûlures d'estomac et des irritations gastro-intestinales.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Phytothérapie

Médecine douce

Santé Doc