5 novembre 2014 AccueilMédecineMédecine doucePhytothérapieEchinacée et maladies virales

L’échinacée, pour prévenir les maladies virales

La prévention des maladies virales peur se faire avec l’échinacée. En Amérique du Nord, les atouts médicinaux de cette plantes ont été attestés vers la fin des années 1800. Pendant cette période, l’échinacée était l’ingrédient principal des remèdes contre les morsures de serpent et des infections des voies respiratoires. Dans les années 1990, les chercheurs ont fait des études qui ont prouvé l’efficacité de la plante dans la stimulation du système immunitaire. Ainsi, il s’agit d’un excellent produit de prévention de plusieurs infections telles que la grippe, la bronchite et la rhinite.

L'échinacée augmente la capacité de résistance de l'organisme contre les virus. Cette plante lutte bien contre les maladies virales. L'usage de la plante dans le domaine médicinal est reconnu dans certains pays comme l'Allemagne où on s'en sert dans le cadre d'un traitement des infections des voies urinaires et respiratoires.

De récentes études ont même conclu que l'échinacée n'assurait pas qu'une bonne prévention du rhume mais qu'elle pouvait traiter efficacement la maladie. La plante figure sur la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française et l'OMS a déjà reconnu son utilisation traditionnelle.

Principes actifs et valeurs thérapeutiques de l'échinacée

L'échinacée contient des alkylamides, des substances à la base de l'action de modulation sur le système immunitaire. Celles-ci permettent la production massive de macrophages, des cellules permettant à l'organisme de se débarrasser des microbes.

L'échinacée a également une bonne teneur en flavonoïdes et en polysaccharides qui ont le pouvoir d'empêcher l'entrée des virus dans les cellules de l'organisme. La plante favorise également la production des tissus sains et des globules blancs.

La consommation de l'échinacée est donc recommandée pour la prévention et le traitement des rhinites, des rhumes, des angines, des grippes, des sinusites, des amygdalites et aussi des infections urinaires. C'est également une bonne indication pour faciliter la cicatrisation.

Préparations médicinales à base d'échinacée

Pour faire des remèdes à base d'échinacée, on se sert des parties aériennes fraîches de la plante ainsi que de ses racines. On trouve ainsi les extraits de plantes fraîches de l'espèce proposées dans le traitement des maladies virales.

Le dosage recommandé est de prendre 10 à 20 gouttes de ces extraits dans de l'eau, et ce 3 fois par jour. L'échinacée est également élaborée en teinture de racine dans le cadre d'une infection chronique. Il faudra dans ce cas absorber une demi-cuillère à café dans de l'eau, 3 fois par jour.

Précautions

Il est conseillé de prendre toujours l'avis d'un professionnel avant de suivre un traitement à base d'échinacée, notamment les femmes enceintes et les personnes âgées de moins de 6 ans.

Quoiqu'il en soit, cette plante ne doit pas être consommée par une personne souffrant de leucose, de tuberculose, de sida, de sclérose en plaques, de diabète ou d'arthrite rhumatoïde. Aussi, il n'est pas bon de se soigner avec l'échinacée lorsqu'on souffre de dysfonctionnements du système immunitaire.

Le traitement ne doit pas aller au-delà de 8 semaines.

Chez certains sujets, des effets indésirables sans gravité peuvent apparaître à la suite de la prise de l'échinacée. Il s'agit de troubles digestifs légers, d'étourdissements et de nausées. Une diminution de la dose quotidienne est suffisante pour mettre fin à ces effets gênants.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Phytothérapie

Médecine douce

Santé Doc