27 novembre 2014 AccueilMédecineMédecine douceHoméopathiePathologiesGoutte et homéopathie

Vaincre la goutte grâce à l’homéopathie

La goutte, encore appelée maladie des rois, est une pathologie dont le signe le plus caractéristique est une monoarthrite aiguë du gros orteil. Cette maladie invalidante et très douloureuse est la conséquence d’un dérèglement des mécanismes de régulation de l’acide urique. Ce dysfonctionnement provient lui-même d’une alimentation inadaptée. On a recours à l’homéopathie pour soulager rapidement les douleurs.

La goutte touche généralement des individus ayant dépassé la trentaine. L'un de ces symptômes les plus caractéristiques est une douleur lancinante au niveau de l'articulation touchée. Ces douleurs qui se manifestent par des brûlures touchent également les zones où s'accumule l'excédent d'acide urique. Les articulations touchées enflent et deviennent pourpres. La peau de la zone touchée devient luisante puis le malade a des accès fébriles. Les crises peuvent durer une dizaine de jours en fonction de l'évolution de la maladie.

Causes

La goutte est causée par un excès d'acide urique dans le sang. Ce déchet du métabolisme est en temps normal excrété à travers les urines, mais dans le cas de la goutte, cette excrétion devient problématique. On assiste à une cristallisation de l'acide urique dans les reins et les articulations et ce sont ces cristaux qui sont responsables des douleurs.

Remèdes homéopathiques recommandés contre la goutte

Pour une action rapide et efficace, les remèdes homéopathiques doivent être administrés de façon précoce. Le traitement doit être adapté en fonction des symptômes. Les gels à base d'Arnica montana (Arnigel) peuvent servir à faire des applications locales. Utilisée deux fois par jour, ils permettront de soulager la douleur.

Le traitement classique de la goutte fait appel à une association des remèdes Aconitum napellus 15 CH, Urtica urens 5CH, Apis mellifica 7 CH, Ledum palustre 4 CH, Belladonna 7 CH et Colchicum 5 CH. Lorsque le tendon d'Achille devient douloureux, ce traitement pourra être complété par Guaïacum ou Benzoïcum acidum, à raison de 3 granules par jour.

Le traitement de la goutte peut se faire par une régulation du taux d'acide urique. Lorsque ce taux s'élève suite à des excès de table, le patient devra prendre Sulfur 5 CH. Si cette anomalie provient d'un dysfonctionnement des reins, il faudra recourir à Calcarea carbonica ostrearum 5 CH.

Lorsque la goutte apparaît après la consommation d'un met que ne tolère pas le patient, Lycopodium 5 CH est le remède le plus approprié. Les femmes présentant une hyperuricémie devront, quant à elles, recourir à Sepia officinalis 5 CH. La prise alternée d'Arnica montana 5 CH, de Colchicum 5CH et de Ranunculus 5 CH permettra de traiter les cas de goutte chronique.

Mise en garde et précautions

La consultation d'un spécialiste s'impose si la maladie est à un stade avancé. Si les crises deviennent récurrentes et que le malade ressent de vives douleurs au niveau de ses articulations, cette précaution sera également de mise. Les personnes touchées par la goutte et qui n'ont pas encore atteint la trentaine sont également invités à s'attacher les services d'un médecin avant tout recours à l'homéopathie. Il en est de même des personnes, qui souffrent d'une maladie rénale.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pathologies

Médecine douce

Santé Doc