20 octobre 2014 AccueilMédecineMédecine douceHoméopathiePathologiesPsoriasis et homéopathie

Traiter le psoriasis par l’homéopathie

Maladie dermatologique inesthétique et particulièrement fréquente, le psoriasis se manifeste par l’apparition de squames sur la peau. Ces squames qui surplombent des zones de peau rougeâtres ont une surface blanche plus ou moins étendue. Cette maladie traumatisante pour les malades peut être efficacement prise en charge par l’homéopathie.

Contrairement à la croyance populaire, le psoriasis n'est pas une maladie contagieuse. Elle touche en priorité les populations occidentale et on estime que près de 5% de la population française en souffre. Les individus de race caucasienne, qui approchent la trentaine sont les plus touchés par cette affection intrinsèquement inesthétique.

La maladie résulte d'une inflammation des couches supérieure de la peau et se traduit par l'apparition de squames. Les genoux et les coudes constituent sa zone de prédilection, mais le psoriasis peut également toucher la paume et la plante des pieds.

La maladie est cyclique. On a des périodes de fortes poussées, qui sont suivies par une brève période de rémission. Ce caractère cyclique affecte profondément le moral des personnes, qui en souffrent et il n'est pas rare que la maladie soit associée à des états dépressifs. Les recherches indiquent que le psoriasis est associé à des facteurs génétiques.

Cette maladie dermatologique peut être également provoquée par des perturbations psychiques et psychologiques telles que l'angoisse, l'asthénie nerveuse et l'anxiété. Certains patients peuvent développer un psoriasis après certaines infections des voies respiratoires, à l'instar du rhume et de la pharyngite.

Il n'existe aucun traitement susceptible de guérir définitivement le psoriasis. Les traitements existants ont pour objectif de réduire l'incidence des symptômes sur la qualité de vie du patient. Divers traitement homéopathiques permettent d'atteindre cet objectif. Leur utilisation dépendra des symptômes extériorisés par le patient et des éventuelles complications qui pourront surgir.

Natrum Muriaticum

Lorsque le mal touche le cuir chevelu, il est conseillé de recourir à Natrum Muriaticum. Ce remède à base de sel marin permettra notamment de combattre les affections opportunistes. Pour un traitement journalier, il faudra opter pour les dilutions 4 CH ou 5CH, tandis que les dilutions 9 à 15 CH seront utilisées pour les traitements hebdomadaires.

Sepia officinalis

Ce remède homéopathique préparé avec de l'encre de seiche conviendra pour la prise en charge des symptômes touchants les zones de peau fragile comme le visage, les aisselles ou le pubis. Afin de faire disparaitre les tâches brunes qui couvrent ces zones, on pourra avoir recours aux dilutions comprises entre 9 CH et 15 CH. Les prises seront hebdomadaires.

Si les symptômes sont graves, on aura recours à des dilutions plus faibles (entre 4 CH et 5 CH) et il faudra prendre deux doses par jour. Les nombreux acides aminés dont regorge ce remède permettront la reconstruction de ces zones fragilisées.

Les autres remèdes

En cas de fissuration de la peau doublée de saignement, il faudra prendre Phosphorus ou Petroleum. Dans ce cas, les faibles dilutions (4 CH ou 5 CH) seront utilisées de façon journalière, tandis que les fortes dilutions (9 à 15 CH) conviendront pour un traitement hebdomadaire. Berberis Aquifolium sera utilisé si le patient présente une peau sèche et rugueuse, tandis que Hydrocotyle Asiatica, sera conseillé en cas de démangeaison.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pathologies

Médecine douce

Santé Doc