18 novembre 2014 AccueilMédecineMédecine douceOstéopathie

Ostéopathie, la thérapie douce des mains agiles

Méthode thérapeutique vieille de 140 ans, l’ostéopathie consiste à faire des manipulations manuelles au niveau du système musculo-squelettique et du tissu myofascial en vue de soulager plusieurs troubles fonctionnels. C’est au médecin américain Andrew Taylor Still qu’on attribue la création de cette médecine le 22 juin 1874. Une cure faite à partir de l’ostéopathie a pour objectif de restaurer la mobilité des structures de l’organisme. On peut la mettre aussi en pratique à titre préventif.

Pour comprendre le principe fondamental de l'ostéopathie, il faut dire qu'une perte de mobilité naturelle des organes du corps tient ses fondements des muscles, des viscères, des tendons, du crâne ou des fascias (couvertures des structures anatomiques).

Et la conséquence de cette perte de mobilité engendre des dysfonctionnements de tous genres se traduisant par la survenue des maladies. Il est donc nécessaire de remettre en état la fonction de la mécanique corporelle et apporter la guérison d'où l'intervention des ostéopathes. Ceux-ci tiennent compte de toute la structure du corps et s'emploient à réguler l'homéostasie, c'est-à-dire les paramètres physico-chimiques de l'organisme.

Techniques appliquées en ostéopathie

En fonction de l'état du patient, l'ostéopathe peut appliquer une technique donnée pendant une intervention. Il en existe une diversité. La thérapie peut être basée par exemple sur les techniques de mobilisation articulaire active ou passive et lente Il peut aussi mettre en pratique les techniques dites « réflexes » ou celles visant à mobiliser les structures molles et péri-osseuses.

Parfois lors d'une séance, l'ostéopathe concentre ses efforts à mettre en avant des techniques psycho-cognitives en vue d'aider le patient à positiver ou à développer une confiance en soi. Il ne faut pas perdre de vue le fait que toutes ces techniques soient réalisées à partir de manipulations manuelles.

Pathologies pouvant être traitées par l'ostéopathie

Avant toute chose, il faut d'abord indiquer qu'on trouve très peu d'études scientifiques évaluant clairement l'efficacité de l'ostéopathie. Toutefois, les défenseurs de cette médecine sont persuadés de son apport significatif dans le soulagement de plusieurs maux issus de divers systèmes de fonctionnement de l'organisme. Ainsi au niveau du système locomoteur, l'ostéopathie serait indiquée dans le soulagement des entorses, des rhumatismes, du torticolis et des lumbagos.

Au niveau du système crânien, cette médecine permettrait de combattre les otites chroniques, les céphalées, les bourdonnements, les otites chroniques, les sinusites, l'insomnie, les coliques du nourrisson, la névralgie faciale ou encore la dyslexie. Aussi, une séance d'ostéopathie peut être orientée vers le système viscéral afin de mettre fin à certaines pathologies comme les ballonnements, les diarrhées, les constipations ou le syndrome du côlon irritable.

Mise en garde

Il importe de faire très attention et de se soumettre à une séance d'ostéopathie en contactant un professionnel formé et disposant d'une autorisation pour sa fonction. En effet, cette médecine impose une précision extrême que seule une personne qualifiée peut garantir. Si ce n'est pas le cas, le patient court un risque surtout si les applications manuelles ont lieu au niveau de la colonne verticale et de la région cervicale. Les ratés à ce niveau peuvent même causer un accident vasculaire cérébral.

Toutefois, on ne dispose pas de données fiables pour estimer le niveau du risque. Mais si on s'en tient à une recherche menée au Danemark, le risque serait minime. En France, on reconnait le titre professionnel d'ostéopathe, ce qui n'est pas le cas au Québec où la profession n'est pas encore réglementée par un ordre professionnel. Toutefois, des démarches sont menées dans ce sens.

Médecine douce

Santé Doc