28 novembre 2014 AccueilDossiersSanté publiqueHypertension artérielleTritazide

L’antihypertenseur Tritazide

Le traitement de l’hypertension artérielle essentielle est possible avec Tritazide, un médicament contenant principalement deux principes actifs : le ramipril et l’hydrochlorothiazide. Le ramipril est une molécule bien connue pour ses propriétés contre l’hypertension. Elle fait partie de la famille des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA). Quant à l’hydrochlorothiazide, il s’agit d’un diurétique à l’effet antihypertenseur remarquable. Tritazide est élaboré en comprimé dont l’absorption est recommandée avec une quantité importante d’eau, en évitant d’écraser ou de croquer.

Lorsqu'on se traite avec Tritazide, la dose quotidienne doit être prise en une seule fois. Ce dosage est individualisé et peut être ajusté par un médecin en fonction de la gravité de l'hypertension et de certains facteurs de risque.

La prise de Tritazide n'est pas indiquée pour le traitement initial de l'hypertension. Ce médicament vise uniquement le traitement de l'hypertension artérielle essentielle qui s'appréhende comme un niveau de pression corrélé à un haut risque cardiovasculaire.

Précautions d'emploi

Les sujets atteints d'une insuffisance rénale doivent se soigner prudemment avec Tritazide. Il est recommandé que la fonction rénale soit surveillée avec une attention particulière. Un effet cumulatif peut être déclenché chez ces patients. Si la fonction rénale est altérée, le traitement au Tritazide ne doit pas être entamé.

En outre, le produit ne peut être efficace quand la clairance de la créatinine est inférieure ou égale à 30 mL/min. En général, les personnes âgées de plus de 65 ans doivent utiliser Tritazide avec prudence.

Contre-indications

Les sujets qui ont un antécédent d'œdème de Quincke doivent éviter de prendre du Tritazide car la maladie pourrait réapparaître. L'utilisation du médicament est interdite aux enfants, aux femmes enceintes ainsi qu'à celles qui allaitent.

En cas d'hypersensibilité à l'un des ingrédients de Tritazide ou à tout produit considéré comme un ECA, le traitement ne devrait pas être mis en route. La prise de cet antihypertenseur n'est pas recommandée en cas d'anurie (absence d'urine dans la vessie) ou d'hypersensibilité aux médicaments dérivés du sulfamide.

Effets indésirables

Suite à l'administration du ramipril, des cas d'hypotension symptomatique ont été signalés. Toutefois, la manifestation de cette hypotension est plus probable lorsqu'un déficit hydrique est constaté chez le sujet. Le terrain est également favorable en cas d'une grave insuffisance cardiaque associée ou pas à une insuffisance rénale, ainsi qu'en cas de cardiopathie ischémique.

Si le patient prend du ramipril et qu'il se produit une chute excessive de la tension artérielle, cela peut entrainer un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. Malgré tout, une réaction hypotensive ne doit pas être une raison d'éviter le traitement au Tritazide dans l'avenir. Il est possible dans ce cas de réduire le dosage du médicament.

Toutefois si cette réaction hypotensive passagère apparait chez un sujet qui a déjà fait un infarctus aigu du myocarde, le traitement doit être interrompu purement et simplement. Au début des prises de Tritazide, il peut arriver que la vitesse de réaction du patient et sa vigilance baissent. Le médicament entraine parfois une toux sèche et persistante qui ne disparait que lorsque le traitement est interrompu, une manifestation imputée au ramipril.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Hypertension artérielle

Santé publique

Santé Doc