2 juillet 2014 AccueilMaladiesDermatosesLèpre

La lèpre : signes cliniques, traitement et prévention

La lèpre est une maladie infectieuse chronique très ancienne due à une bactérie dénommée Mycobacterium leprae : il s’agit du bacille de Hansen, une mycobactérie proche du bacille responsable de la tuberculose. Cette pathologie évolue très lentement de sorte qu’on s’en aperçoit que tardivement. La période d’incubation dure de 2 à 8 ans et le sujet peut ne ressentir aucun symptôme.

Affectant les nerfs périphériques, la peau et les muqueuses, la lèpre occasionne, faute de traitement de graves infirmités. Elle se manifeste essentiellement dans les régions tropicales. La lèpre se guérit, si elle est vite dépistée et traitée.

Plusieurs tests sont employés pour le dépistage de la lèpre. La réaction de Mitsuda à la lépromine est l'un des principaux tests pour la déceler. Mais pour la confirmation, les spécialistes ont recours soit à la biopsie cutanée ou nerveuse, soit la recherche du bacille de Hansen dans le mucus nasal ou le suc dermique.

Mode de contamination

On ignore comment Mycobacterium leprae infecte directement l'homme. Les facteurs favorisant cette contamination sont la mauvaise hygiène, une alimentation malsaine, la consommation d'eau non potable, l'habitat précaire, un système immunitaire affaibli.

La lèpre se transmet d'homme à homme. Cependant, seule la forme "lépromateuse" est contagieuse, car les malades éliminent de nombreux bacilles dans leur sécrétion nasale et leur salive. En tout état de cause, la mauvaise hygiène et la promiscuité sont des facteurs favorisant la propagation de cette affection.

Signes cliniques de la lèpre

L'évolution de la lèpre se déroule en trois phases, à savoir celle de la lèpre indéterminée, la période de la lèpre "tuberculoïde" non contagieuse et le stade de la lèpre "lépromateuse" contagieuse. Aussi, les symptômes varient en fonction de ces différentes phases.

La lèpre indéterminée commence généralement par des sensations de picotements au niveau de la peau. Ensuite apparaissent des lésions cutanées sèches bien limitées et planes. Dans la zone des lésions, la peau est insensible (le sujet ne ressent ni douleur ni chaleur). Faute de traitement, la lèpre indéterminée évolue selon la résistance du sujet vers la lèpre "tuberculoïde" non contagieuse ou la lèpre "lépromateuse" contagieuse.

La lèpre tuberculoïde non contagieuse se manifeste chez le sujet résistant. Ce dernier présente une allergie cutanée à la lépromine (réaction de Mitsuda positive). Outre les léprides cutanées insensibles, cette forme de lèpre se caractérise par une atteinte des nerfs (le cubital au coude, le sciatique poplité externe, le facial, le radial, le médian), des déficits musculaires, une altération du squelette, une kératite ou une inflammation de la cornée. L'un des signes distinctifs de cette forme est la survenance de fourmillements.

La lèpre lépromateuse contagieuse se développe chez le sujet fragile. A ce stade, le sujet ne réagit plus à la lépromine. On constate une apparition de lépromes sur le front, les arcades sourcilières, les oreilles, le menton, les membres. La cloison nasale peut même s'effondrer ou une rhinite purulente et hémorragique peut survenir. Les atteintes nerveuses deviennent douloureuses et les os peuvent être atteints. Il peut aussi survenir des atteintes viscérales (ganglions, foie, appareil génital) qui sont surtout asymptomatiques.

Traitement et prévention de la lèpre

La lèpre n'est pas une pathologie mortelle, cependant, faute de traitement, elle cause des infirmités ou handicaps permanents.

Le traitement consiste en l'administration de plusieurs antibiotiques pour détruire l'agent pathogène. Le traitement de référence de l'OMS est surtout l'association de trois médicaments pour limiter toute résistance de Mycobacterium leprae. Il s'agit de la dapsone (DDS), la rifampicine, la clofazimine. Le traitement est très actif et le blanchiment peut être obtenu en 1 à 3 ans (3 à 8 pour la lèpre lépromateuse contagieuse).

En outre, depuis longtemps l'huile de chaulmoogra, plante du Bengale s'est révélée être un remède efficace contre la lèpre. Ce remède est encore d'usage de nos jours.

Mais malgré la guérison, la lèpre laisse des séquelles. C'est pourquoi, le patient doit bénéficier de traitements complémentaires comme la pose de prothèses, des interventions orthopédiques, des chaussures spéciales

La règle en matière de prévention consiste à avoir une bonne hygiène de vie pour éviter la contamination par le bacille responsable de la lèpre. De plus, des études ont révélées que le vaccin contre la tuberculose (BCG) a une certaine efficacité dans la protection contre Mycobacterium leprae.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.