29 novembre 2014 AccueilMaladiesMaladies et troubles dentairesLithiases salivaires

Les sialolithiases ou lithiases salivaires

Les sialolithiases, couramment dénommées lithiases salivaires, sont des concrétions calciques formées dans les voies excrétrices de la salive. Ce sont des structures calcifiées qui ont l’habitude de se développer au niveau des canaux salivaires. Leur formation est probablement due à des dépôts de calcium aux alentours des petites accumulations de débris dans ces canaux. Une bactérie, un mucus épaissi, des corps étrangers ou des cellules épithéliales canalaires peuvent être à la base de ces accumulations de débris. Il est difficile en réalité de déterminer clairement la cause de formation des sialolithiases. Mais les chercheurs pensent que les sialodénites et les obstructions partielles de canaux salivaires sont les principaux facteurs déclencheurs.

Les sialolithiases se forment dans les conduits salivaires et bloquent le flux de salive au niveau de la bouche. Cette situation provoque une accumulation de salive surtout pendant les repas, lorsque le flux du liquide s'accélère. Très souvent, la glande salivaire enfle et est peu douloureuse en général. Cette tuméfaction est appelée hernie salivaire. La douleur peut cependant être intense en cas d'obstruction complète qualifiée de colique salivaire.

Après un intervalle de temps compris entre 30 mn et 3 heures de temps, le problème peut se résorber. Il existe toutefois des cas où le mal est présent longuement au point d'imposer un traitement. Les sialolithiases sont capables d'engendrer des accidents inflammatoires de la glande salivaire accompagnés de douleurs et d'une dysphagie.

Diagnostic

Une radiographie est souvent effectuée pour le diagnostic des sialolithiases. Toutefois, les clichés radiographiques standards ne conviennent pas aux glandes salivaires, notamment au parenchyme et les canaux excréteurs qui ne sont pas radio-opaques. Une sialographie est plus indiquée et est d'ailleurs la plus ancienne des méthodes d'exploration des glandes salivaires. Elle est effectuée avec des produits hydrosolubles et nécessitent la prise de clichés sans préparation afin de repérer les calcifications.

Formes cliniques

Plusieurs formes cliniques de lithiases salivaires ont été mises en évidence. La lithiase sub-mandibulaire en est une. Celle-ci se projette sur ou sous le corps de la mandibule, en arrière des molaires. Cette lithiase a un aspect elliptique avec une taille centimétrique.

Une autre forme est la lithiase sub-linguale qui se projette sur le corps de la mandibule, à hauteur des canines et des prémolaires. On distingue également la lithiase parotide, ronde et plus petite, se projetant au niveau de la branche montante, sur le maxillaire ou en arrière du ramus, et située dans le canal excréteur. Cette dernière est impliquée dans 19% des cas de sialolithiases.

Traitement

Un doux massage peut permettre de traiter les petites calcifications des glandes salivaires. Cet acte vise à tenter de diriger la masse vers la sortie du canal. L'administration de médicaments favorisant une stimulation du flot salivaire, une consommation élevée de liquide et une production de chaleur permet d'aider le passage de la sialolithiases à travers le canal.

Les antispasmodiques sont recommandés à titre préventif ou au moment des crises afin de faciliter la vidange salivaire. L'usage d'antibiotiques à large spectre est également possible pour empêcher l'infection de s'étendre. On a recours à la chirurgie quand l'inflammation a engendré de sérieux dommages au niveau de la glande salivaire, une situation généralement due à des calcifications plus larges.

De nouvelles techniques ont été mises en place pour le traitement des sialolithiases, à savoir l'endoscopie de la glande salivaire et la lithotripsie par onde de choc. Leur application est décidée en fonction des observations médicales faites.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Maladies et troubles dentaires

Santé Doc