9 juillet 2014 AccueilMaladiesInfectionsEncéphalite japonaise

L’encéphalite japonaise, mieux vaut se vacciner

Dans 99% des cas, l’encéphalite japonaise est un mal bénin, mais 1% des personnes affectées peuvent développer des symptômes comme une paralysie spastique, des céphalées, une forte fièvre et le coma, avec une issue souvent fatale. Il n’existe pas de traitement curatif mais un vaccin très efficace permet de se prémunir contre l’encéphalite japonaise.

L'encéphalite japonaise est une maladie virale, qui infecte les animaux et les humains. Cette maladie, endémique de certaines régions asiatiques, est transmise par des moustiques, dont Culex tritaeniorhynchus et Culex vishnui. Chez l'homme, le virus provoque une inflammation des membranes entourant le cerveau.

Symptômes de l'encéphalite japonaise

La plupart des infections humaines par le virus de l'encéphalite japonaise est asymptomatique. Seul 1 % des personnes infectées par le virus de l'encéphalite japonaise développe des signes cliniques.

L'encéphalite aiguë est la manifestation la plus commune de l'infection par le virus de l'encéphalite japonaise. Les formes bénignes de la maladie, comme la méningite aseptique ou un état fébrile indifférencié, peuvent également se produire. La période d'incubation dure 5 à 15 jours.

La maladie commence habituellement par l'apparition soudaine de fièvre, des maux de tête et des vomissements. Une modification de l'état mental, des déficits neurologiques focaux, une faiblesse généralisée et des crises convulsives peuvent apparaître les jours suivants.

La description classique de l'encéphalite japonaise comprend un syndrome parkinsonien, des tremblements, une rigidité du corps, et des troubles de la coordination. La paralysie flasque aiguë, avec des caractéristiques cliniques et pathologiques similaires à ceux de la poliomyélite, a également été associée à une infection par le virus de l'encéphalite japonaise.

Le taux de létalité est d'environ 20 à 30 %. Parmi les survivants, 30 à 50 % ont des troubles neurologiques et cognitifs, ainsi que des séquelles psychiatriques.

Traitement de l'encéphalite japonaise

Il n'existe aucun traitement curatif spécifique de l'encéphalite japonaise. Le traitement est essentiellement symptomatique. Il consiste en une assistance pour l'alimentation et la respiration. L'augmentation de la pression intracrânienne peut être gérée avec du mannitol. Aucun cas de transmission d'homme à homme n'ayant été observé, il n'est donc pas nécessaire d'isoler les patients.

Une avancée dans la prise en charge de l'encéphalite japonaise a été l'identification de l'implication des monocytes et des macrophages dans les cas sévères d'encéphalite japonaise. Un récent rapport d'un groupe de chercheurs indiens a démontré la participation des monocytes et des macrophages à la réponse inflammatoire sévère.

La prévention de l'encéphalite japonaise

L'infection par l'encéphalite japonaise confère une immunité à vie. Les personnes voyageant dans les régions à risque sont encouragées à se faire vacciner. Trois vaccins sont actuellement disponibles :

  • le SA14 -14-2,
  • l'IC51, qui est commercialisé en Australie et en Nouvelle-Zélande sous l'appellation JESPECT et ailleurs sous l'appellation IXIARO.
  • Le ChimeriVax-JE, qui est commercialisé sous l'appellation IMOJEV.

L'utilisation généralisée du vaccin et de l'urbanisation ont conduit à une éradication de la maladie au Japon, en Corée, à Taiwan et à Singapour.

Les effets indésirables les plus courants sont la rougeur et douleur au site d'injection. Rarement, on peut observer une réaction d'urticaire environ quatre jours après l'injection. Les vaccins produits à partir de cerveau de souris, ont un risque de complications neurologiques auto-immunes de l'ordre de 1 par million de vaccinations
.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.