24 octobre 2014 AccueilDossiersArticulationsPoignetEntorses luno-pyramidales

Diagnostiquer et traiter les entorses luno-pyramidales

Les entorses luno-pyramidales peuvent se définir comme la rupture ou l’élongation des ligaments du semi-lunaire et du pyramidal. Ce type d’entorse cause parfois une instabilité en VISI (Instabilité Ventrale du Segment Intercalaire ou Ventral Intercaleted Segmental Instability).

Comparées aux lésions scapho-lunaires, les entorses luno-pyramidales surviennent beaucoup plus rarement. Elles peuvent être associées à des fractures (cubitus, apophyses unciformes, 5e métacarpien, etc.) ou à des luxations péri-lunaires et scapho-lunaires. Ces lésions sont traitées par arthrodèse lunopyramidale.

Les signes cliniques d'une entorse luno-pyramidale

Les entorses surviennent principalement à la suite d'une chute relativement haute dont la réception est faite avec la main. Après la chute, l'individu ressent une gêne au niveau du poignet. cet inconfort s'intensifie progressivement. Les douleurs de l'entorse ne sont ressenties que durant les mouvements du poignet (flexion latérale, rotation, etc.). On note également une diminution des capacités musculaires.

Le diagnostic

Le diagnostic de l'entorse luno-pyramidale se base sur la recherche des signes cliniques. Durant la consultation, le médecin tente de trouver des signes du ballottement semi-lunaire pyramidal. Toutefois, la présence de tuméfaction n'est pas assez pertinente pour établir un diagnostic correct.

Le spécialiste peut proposer des examens complémentaires pour avoir des informations supplémentaires (localisation de la lésion, dégâts des tissus collatéraux, etc.).

Au niveau des techniques d'imagerie, les radiographies standards permettent de repérer certaines anomalies entre les deux os. Toutefois, les clichés ne sont probants qu'à un stade avancé de l'entorse.

Les clichés « dynamiques » aident également à déceler le manque de cohésion des os lors d'une inclinaison radiale. L'arthrographie et l'arthroscanner permettent respectivement de dévoiler le passage radio-carpien et de localiser avec précision le foyer de l'entorse.

Parfois, le médecin peut opter pour une arthroscopie du poignet. Celle-ci met en évidence la rupture ou l'élongation du ligament luno-pyramidal et d'apprécier l'envergure des dégâts du cartilage.

Les différents traitements

En fonction des types de lésions rencontrés, différentes méthodes peuvent être appliquées. Si la lésion n'est pas grave, un traitement orthopédique (contention du poignet) peut aider à une guérison complète. L'immobilisation du poignet est réalisée à l'aide d'un plâtre. La durée de contention peut atteindre deux mois.

Toutefois en cas de complications (VISI ou lésion scapho-lounaire), une intervention chirurgicale doit être menée. Par chirurgie mini-invasive, le chirurgien tentera de suturer le ligament. Bien que le risque d'apparition d'une arthrose soit faible, le patient peut ressentir des douleurs à la suite de l'intervention. Celles-ci peuvent empêcher le patient de poursuivre certaines activités sportives ou professionnelles.

En cas d'entorses à répétition ou d'échec du traitement orthopédique, le spécialiste pourra choisir de réaliser une ligamentoplastie ou une arthrodèse. La ligamentoplastie luno-pyramidales peut être inefficace si le patient souffre d'une rupture grave. Une arthrodèse est donc inévitable dans ce type de situation. La réalisation de l'arthrodèse est périlleuse et n'exclut pas la possibilité d'une mauvaise consolidation des os du poignet.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Poignet

Santé Doc