19 septembre 2014 AccueilDossiersArticulationsGenouPoche synoviale

La poche synoviale et ses affections

La bourse séreuse est une poche fibreuse renfermant le liquide synovial, d’où sa dénomination de poche synoviale. Le liquide qu’elle produit permet de réduire les frottements des os d’une articulation. On la retrouve dans plusieurs parties du corps (les muscles, les tendons ou la peau) qui sont en contact avec une articulation ou l’extrémité d’un os. Cette poche peut être également l’objet d’affections cancéreuses, bactériennes ou inflammatoires.

Le mot synovial provient du latin « ovum » (œuf). On lui a donné cette appellation en raison de son aspect transparent et gluant similaire à celui du blanc d'œuf. Le liquide synovial est constitué en grande partie d'acide hyaluronique. Cet acide permet la migration et la multiplication de certaines cellules. Il est produit par des cellules fibrocytes de la proche synoviale. Cette dernière dispose de certaines particularités qui la rendent indispensable dans les différentes articulations, dont celle du genou.

Le rôle du liquide synovial

L'un des premiers rôles de la poche synoviale est de diminuer les frictions, l'échauffement et l'érosion des articulations. Elle sert de lubrifiant naturel et permet de faciliter les différents mouvements de flexions et d'extensions des articulations. La bourse séreuse permet aussi de lubrifier certains muscles et tendons qui fonctionnent conjointement avec l'articulation.

En plus de son rôle lubrificateur, la poche synoviale a la capacité d'absorber les chocs éventuels. En l'absence de vaisseaux sanguins dans le cartilage des os, la bourse séreuse remplace certaines fonctions de la circulation sanguine. Elle apporte, donc, différents éléments essentiels tels que l'oxygène et les nutriments. Elle aide aussi à éliminer les différents déchets métaboliques ainsi que le dioxyde de carbone.

Le système immunitaire de la bourse séreuse

La poche synoviale, étant avasculaire (dépourvu de vaisseaux sanguins), ne dispose pas d'un système immunitaire « standard ». Son processus de défense immunitaire est donc proche de celui du liquide séreux que l'on retrouve dans les yeux. Elle dispose donc de phagocytes dont le rôle est d'assainir la zone de l'articulation. Ces phagocytes détruisent les débris d'usure ou de lésion provenant de l'articulation. Ils ont également la capacité de supprimer certains microorganismes étrangers. Toutefois, la poche synoviale n'est pas totalement à l'abri d'affections.

Les pathologies de la poche synoviale

La proche synoviale peut être touchée par plusieurs types d'affections. Tout d'abord, nous avons les inflammations. Elles se traduisent principalement par l'hygroma ou la bursite du genou. Ce type de pathologies touche les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies. L'affection est causée par des microtraumatismes répétés ou des irritations. Pour traiter les bursites du genou, le patient doit prendre des médicaments anti-inflammatoires.

Ensuite, nous avons les infections d'origines bactériennes. L'affection la plus fréquente demeure la maladie de Lyme. Il s'agit d'une maladie causée par les bactéries borrélies. Les médecins prescrivent un traitement antibiotique pour traiter l'affection. Néanmoins, le traitement ne garantit pas une guérison totale. Il permet de réduire la prolifération bactérienne. Si cette affection n'est pas correctement traitée, elle peut s'étendre et provoquer une arthrite de Lyme.

Enfin, on retrouve les différentes tumeurs qui peuvent toucher la poche synoviale. Il s'agit d'affections cancéreuses entravant les mouvements articulaires. Il peut s'agir de kystes, de synovite villo-nodulaire hemopigmentée, d'ostéochondromatose synoviale, etc.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Genou

Santé Doc