20 octobre 2014 AccueilDossiersArticulationsEpauleSyndrome du conflit sous-acromial

Signes et causes du syndrome du conflit sous-acromial

Au niveau de l’épaule, les frictions anormales entre une partie de l’omoplate dénommée acromion et les tendons de la coiffe des rotateurs, provoquent une affection douloureuse connue sous le nom de syndrome du conflit sous-acromial. Cette pathologie de l’épaule correspond à des frictions inattendues entre le relief osseux de l’omoplate et l’ensemble tendineux qui recouvrent la tête de l’humérus.

Le traitement du syndrome du conflit sous-acromial est d'abord médical avec le repos et l'arrêt des mouvements qui favorisent la douleur ainsi que la prise d'antalgiques et d'anti-inflammatoires non-stéroïdiens en vue de soulager la douleur. Ce traitement associe une rééducation en vue de renforcer les muscles abaisseurs de l'épaule. Il peut être couplé à des infiltrations intra-articulaires à base de dérivé de cortisone.

En cas d'échec du traitement médical, un traitement chirurgical est envisageable. L'arthroscopie de l'épaule est une option chirurgicale qui permet de retirer le bec osseux de l'acromion et de le rendre moins agressif.

Signes et symptômes

Localisée dans la partie antérieure du moignon de l'épaule, la douleur, d'une intensité variable, est le symptôme essentiel du syndrome du conflit sous-acromial. Cette sensation douloureuse est ressentie au niveau de la face latérale ou antérieure de l'épaule lors de l'élévation du bras. Cette douleur est manifeste à l'arrière et à l'avant de l'épaule lorsque le bras est maintenu sur le côté. Les mouvements aggravent la douleur qui, avec le temps, deviennent nocturnes et réveillent le patient au cours du sommeil. Les mouvements excessifs amplifient cette douleur.

Le frottement douloureux de l'acromion et de la tête de l'humérus, est associé à une impotence fonctionnelle et à une sensation de fatigue. Il provoque une inflammation tendineuse et limite l'amplitude des mouvements de l'épaule. Certaines activités sportives (le lancer de poids, la natation) et des gestes de la vie quotidienne (étendre un linge), deviennent difficiles et douloureux. Dans certains cas, à un stade avancé, la perte de la mobilité et la perte de la force musculaire, peuvent compléter le tableau clinique.

Causes et facteurs de risques

Les causes peuvent être traumatiques en raison mouvements répétés de l'épaule dans le cadre de l'exercice de certaines activités professionnelles, à savoir, la peinture, la maçonnerie. Les gestes répétés et fréquents lors de la pratique sportive, constituent des micro-traumatismes qui agressent les tendons ou provoquent une tendinite locale. Une surexploitation de l'articulation de l'épaule va entrainer une irritation des tendons de la coiffe des rotateurs.

Les frictions répétées entre l'acromion et les tendons favorisent la formation d'un bec osseux (ostéophyte) sous l'acromion. Cette structure osseuse agresse le tendon sous-jacent, accélère l'usure de ce tissu fibreux et provoque des sensations douloureuses. La forme courbée ou pointue de l'acromion va également favoriser le conflit mécanique dans l'espace sous- acromial.

Cette pathologie peut, ainsi, résulter d'une anomalie anatomique de l'acromion.
La forme en crochet de l'acromion est la base des frottements douloureux mais également de la réduction de l'espace sous-acromial. Cette variation anatomique avec le rétrécissement de cet espace peut être à l'origine du syndrome du conflit sous acromial.

La cause du syndrome du conflit sous-acromial peut être dégénérative. Avec l'âge, les altérations dégénératives de la coiffe de rotateurs apparaissent ainsi que la présence d'un éperon osseux au niveau de l'acromion. Cet éperon empiète les tendons et accroit le risque de conflit.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Epaule

Santé Doc