18 octobre 2014 AccueilDossiersArticulationsEpauleParalysie du nerf de Charles Bell

Epaule : traiter la paralysie de Charles Bell

La paralysie du nerf de Charles Bell entraine un décollement de l’omoplate et bien d’autres signes cliniques. Cette paralysie et le nerf portent le nom d’un chirurgien écossais, Charles Bell (1774-1842). Liée à plusieurs causes, cette paralysie nécessite un traitement bien spécifique.

Le nerf de Charles Bell ou nerf long thoracique est une structure anatomique gracile qui passe en arrière de la clavicule et du plexus branchial, puis descend vers la paroi thoracique. Ce nerf moteur innerve le seul muscle médial de l'épaule, à savoir, le grand dentelé ou muscle serratus antérieur qui est un fixateur thoracique de l'omoplate.

Les signes et symptômes

La symptomatologie est dominée par une faiblesse du dentelé antérieur et un décollement du bord spinal de l'omoplate ainsi que des douleurs plus ou moins intenses lors de l'exécution d'un mouvement violent ou au cours de la répétition des mouvements ou d'efforts vigoureux.

Ces sensations douloureuses sont aggravées par des manœuvres dynamiques. Le déficit d'abduction et le défaut de rotation active du scapula lors de l'élévation du bras, constituent d'autres signes cliniques. Ce défaut de rotation de l'omoplate limite l'amplitude articulaire de la gléno-humérale.

Avec la gêne fonctionnelle et douloureuse de la partie antérieure de l'épaule, l'élévation et l'adduction de l'épaule au dessus de 90 °C des gestes difficiles, voire impossibles, à réaliser. Le manque de force est associé à une perte d'efficacité du geste. Lors de l'élévation du bras, la force musculaire diminue et le sujet ne parvient à freiner aisément la descente du bras. Le patient présente une saillie au niveau du bord spinal de l'omoplate et une déformation du creux sus-claviculaire

Les causes

Les facteurs à l'origine de la paralysie du nerf de Charles Bell s'inscrivent dans un contexte traumatique ou d'activités répétitives.

L'étiologie traumatique résulte d'un coup direct sur l'épaule, d'un choc sur la paroi thoracique ou de microtraumatisme sportif qui entraine un étirement brusque ou prolongé du nerf de Charles Bell. L'adoption d'une mauvaise position en dormant ou après une anesthésie générale, une surcharge du membre supérieur et le port de charge lourde, peuvent être en cause.

Les activités sportives, pratiquées de façon intensive et anormale, sont également évoquées. Il s'agit des sports qui sollicitent l'épaule et entrainent un mécanisme de traction sur le nerf : le tir à l'arc, les pompes, la musculation, le squash, le lancer de javelot, de poids, de disque.

Certains sportifs sont généralement concernés par cette paralysie, ce sont les tennismen avec la répétition des services qui induisent une rotation inflexion de la tête de l'humérus ainsi que les haltérophiles qui effectuent des mouvements d'abaissement et de retropulsion du moignon de l'épaule.

Il existe également des causes post chirurgicales à l'issue d'une résection costale ou lors d'une mastectomie. Ainsi, la paralysie du nerf de Charles Bell, peut être liée à une atteinte post chirurgicale.

Le traitement

Le traitement initial est médical, avec un repos sportif, la modification de certains gestes ou l'arrêt des séquences gestuelles en cause lors de certaines pratiques sportives. Le traitement peut être conservateur avec l'attente d'une récupération spontanée et la mise en œuvre d'une rééducation fonctionnelle visant à stabiliser l'omoplate et à renforcer les fixateurs de la scapula.

En l'absence de récupération spontanée et avec l'échec des traitements médicaux, l'intervention chirurgicale peut être envisagée. La neurolyse du nerf de Charles Bell est une option chirurgicale. Elle consiste à libérer le nerf à un endroit précis de compression.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Epaule

Santé Doc