15 juillet 2014 AccueilMaladiesInfectionsFièvresFièvre hémorragique brésilienne

Fièvre hémorragique brésilienne ou fièvre de Siaba

La fièvre hémorragique brésilienne est une maladie extrêmement infectieuse et hautement létale. Elle est causée par un virus appelé Sabia, du nom du village, où elle à été découverte. Ce virus fait partie de la grande famille des arénavirus, qui sévissent dans les régions d’Amériques du Sud. La principale source de contamination pour l’homme provient des rongeurs.

La maladie se manifeste par une forte fièvre, un rougissement des yeux, des douleurs musculaires et des vertiges. Il existe un traitement curatif, mais la prévention reste de loin la meilleure option, dans le cas de la fièvre hémorragique brésilienne.

Causes

La fièvre hémorragique du Brésil ou fièvre Sabia a été découverte pour la première fois en 1990 dans la région de Sao Paulo. L'agent pathogène responsable de la fièvre de Sabia est un virus à ARN encapsulé. Le virus se transmet par le contact avec la salive, l'urine, les fèces et le sang d'un hôte infecté.

La maladie est généralement transmise à l'homme par des petits rongeurs. Même si le virus présente une extrême dangerosité, seul un petit nombre de personnes ont, jusqu'ici, été affectées par la fièvre hémorragique de Sabia.

Symptômes

Le virus de la fièvre de Sabia pénètre dans la peau par des blessures ou par l'inhalation de particules contaminées. Une fois dans le corps humain, le virus observe une période d'incubation, qui s'étale généralement entre 8 et 15 jours. Après cette période, le patient manifeste les premiers signes : forte fièvre, yeux rouges, fatigue, douleurs musculaires, vertige, faiblesse et épuisement.

Les cas les plus sévères sont accompagnés de symptômes tels que des saignements en dessous de la peau, au niveau des organes ou à travers des orifices comme la bouche, les yeux et les oreilles. Ces patients peuvent être sujets à un choc, un dysfonctionnement du système nerveux, le délire et le coma.

Les hémorragies provoquées par le virus et les manifestations neurologiques, qui s'ensuivent entrainent la mort du patient, qui peut survenir huit jours après le début des premiers signes.

Prévention et traitement

La prévention reste, de loin, la meilleure arme. Il ya lieu de sensibiliser les populations vulnérables à limiter au maximum les contacts entre l'homme et les rongeurs. S'il ya lieu, il faut organiser l'abattage des rongeurs par des produits toxiques ou de simples pièges. Mais cette stratégie ne peut être efficace que dans les villes.

Dans les campagnes, il faut sensibiliser les habitants à éviter de consommer de la viande de rongeurs morts de causes inconnues. Pour le personnel soignant, l'utilisation de matériel de protection (masque de protection respiratoire ou cagoule avec visière) est indispensable pour la protection des voies aériennes. Ces précautions doivent être scrupuleusement suivies puisque le virus de la fièvre hémorragique Sabia est transmissible d'homme à homme.

En présence d'un malade, les médecins procèdent au diagnostic par l'analyse d'un échantillon de sang. En cas de confirmation, ils ont recours au traitement curatif par l'administration d'antiviraux comme la Ribavirine. De plus, des soins complémentaires (produit de coagulation et des transfusions de plaquettes) sont à adjoindre pour faire cesser les hémorragies.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.