10 octobre 2014 AccueilDossiersArticulationsHancheOstéonécrose de la hanche
Ostéonécrose de la hanche

Sections de l'article

  1. Causes
  2. Diagnostic
  3. Traitements

Ostéonécrose de la hanche : causes, diagnostic, traitements

Également connue sous les appellations d’ostéonécrose avasculaire et d’ostéonécrose aseptique, l’ostéonécrose de la hanche est caractérisée par la nécrose (mort des tissus) de la tête du fémur, qui fait suite à une perturbation de la circulation sanguine dans cette zone.

La maladie se traduit par des douleurs récurrentes au niveau de l'articulation incriminée. Cette souffrance qui s'accentue parfois la nuit, peut conduire à une raideur de la hanche, réduire l'amplitude des mouvements de cette articulation et entraîner une boiterie plus ou moins prononcée. Le patient ressent de vives douleurs en cas de flexion ou de rotation de l'articulation et a des douleurs lancinantes au niveau de l'aine.

Causes

On connait mal les causes profondes, qui induisent ce mal. On sait toutefois que l'abus d'alcool, la prise d'anti-inflammatoires non stéroïdiens et la dyslipidémie sont des facteurs de risque. Les traumatismes qui touchent la tête du fémur, à l'instar de la luxation de la hanche peuvent également être responsables de l'ostéonécrose de la hanche, de même que des maladies telles que la drépanocytose et le lupus.

L'ostéonécrose peut aussi apparaître à la suite de certaines thérapies telles que la radiothérapie et la chimiothérapie. Les plongeurs qui transitent par des caissons hyperbares constituent une population à risque, QS car ce mode de plongée met à mal la circulation sanguine.

Diagnostic

Au cours de la consultation le médecin va essayer de retracer le passé traumatique du patient. Il va également s'informer sur sa consommation d'alcool et les traitements auxquels il est soumis. La radiographie n'est pas d'un grand secours lors des premiers stades de l'ostéonécrose de la hanche.

Au début de la maladie, les radiographies sont normales et lorsqu'on commence à distinguer des anomalies, la maladie est généralement à un stade irréversible. L'examen le plus efficient pour un diagnostic précoce est sans nul doute l'IRM. Le médecin peut également avoir recours à une scintigraphie osseuse. Au cours de cet examen, le médecin injecte au patient une substance phosphorescente afin de mieux visualiser les anomalies de l'os.

Traitements

Le traitement vise à prévenir, voire retarder la dégradation du tissu osseux. En fonction du stade d'évolution de la maladie, le médecin peut prescrire des médicaments, des thérapies non médicamenteuses ou une intervention chirurgicale.

Traitement médicamenteux

En vue de soulager les douleurs liées à l'ostéonécrose, des antidouleurs tels que l'ibuprofène et le naproxène peuvent être prescrits. L'alendronate, un traitement préconisé dans la prise en charge de l'ostéoporose peut permettre de réduire les dommages infligés à la tête fémorale et ralentir la progression de la maladie.

Les molécules permettant de réduire le taux de cholestérol aident à désengorger les vaisseaux sanguins et à améliorer la circulation sanguine au niveau de la tête du fémur. Lorsque la perturbation de la circulation sanguine est due à la présence de caillots dans les vaisseaux sanguins, la prescription d'anticoagulants peut s'avérer efficace.

Thérapies non médicamenteuses

La réduction des contraintes sur la tête fémorale à travers le repos, le port de béquille ou la perte de poids peut s'avérer bénéfique. Le médecin traitant peut également prescrire des exercices physiques visant à améliorer la mobilité de la hanche. L'électrothérapie, qui consiste à appliquer des décharges électriques à travers des électrodes placées sur la peau, permet stimuler la reconstruction de la tête du fémur.

Traitement chirurgical

La prise en charge chirurgicale de l'ostéonécrose fait appel à plusieurs techniques telles que le forage osseux, la greffe osseuse et l'arthroplastie. Dans le cas, du forage osseux, un trou est foré dans la tête fémorale et on retire une partie de la couche interne de l'os.

Cette opération permet une réduction notable de la douleur et favorise la croissance d'un os sain. Une greffe de moelle osseuse ou de tissus osseux spongieux permet de reconstruire la tête fémorale endommagée. L'arthroplastie consiste à remplacer la tête fémorale par une prothèse.

Cette pathologie qui touche en général les jeunes adultes actifs peut évoluer, si elle n'est pas traitée à temps, vers l'arthrose de la hanche.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Hanche

Santé Doc