14 octobre 2014 AccueilDossiersArticulationsChevilleSyndrome du tunnel tarsien

Diagnostiquer et traiter le syndrome du tunnel tarsien

Le syndrome du tunnel tarsien ou syndrome du canal tarsien représente les différents maux ou symptômes ressentis à la suite d’une compression des nerfs plantaires dans la zone postérieure de la malléole interne de l’articulation de la cheville.

Le syndrome du tunnel survient au cours d'une compression du nerf tibial (nerf sciatique interne) ou de l'une de ses branches. En effet, ce nerf ou ses différentes branches peuvent être gênés par certains éléments de l'articulation de la cheville comme le calcanéum, la malléole médiale ou le ligament annulaire du tarse.

Les signes du syndrome

Le syndrome est à la base une irritation du nerf tibial au niveau de l'articulation de la cheville. Cette irritation se traduit le plus souvent par des brûlures et des douleurs dans la zone de l'articulation. Au fil du temps, les douleurs seront plus fortes et apparaîtront lors des marches ou en position debout.

Il est également possible qu'il y ait des picotements sur la plante du pied ou au niveau des orteils. La personne atteinte du syndrome peut également être sujette à une perte de sensation dans la région postérieure du pied (talon ou semelle du pied).

Les facteurs de risque

Plusieurs facteurs sont à la base de la compression du nerf tibial. Ceux-ci sont pour la majorité des difformités ou anomalies morphologiques entrainant l'amincissement du tunnel tarsien. Dans certains cas, le nerf tibial est parfois en cause. Après avoir traversé le tunnel tarsien, le nerf tibial se subdivise en plusieurs branches toutefois, il est possible que celui-ci se subdivise avant de passer par le tunnel.

Il est alors probable que le nerf se retrouve compressé. En outre la compression causée par le nerf lui-même, il est possible que les différents veines et tendons qui accompagnent le nerf soient à l'origine de la compression. La compression peut être provoquée par des difformités osseuses. En effet, une protubérance ou des fragments d'os peuvent gêner le nerf tibial. La mauvaise position du talon fait partie d'une des causes de l'apparition du syndrome.

Le diagnostic du syndrome du tunnel tarsien

Il est possible de découvrir l'affection de deux manières, soit par un examen physique soit par une méthode d'imagerie médicale.

L'examen physique

Durant la consultation, le médecin va examiner le nerf tibial. Le spécialiste recherchera des gonflements au niveau du tunnel tarsien et de l'arche médiale. Il tentera également de reproduire les douleurs ressenties lors d'un syndrome.

À cet effet, il donnera de petites tapes tout le long du tibial. Enfin, il testera le niveau de compression du nerf tibial en tournant le pied du patient vers l'intérieur ou l'extérieur pendant quelques secondes à une certaine hauteur. Si le syndrome est présent, le médecin rechercha les différentes branches lésées ou irritées.

Les examens complémentaires

En cas de présence d'une protubérance ou de fragment osseux, le médecin peut demander une radiographie ou une IRM. Suivant les cas, le spécialiste peut avoir recours à une électromyographie (analyse du système nerveux ou des muscles).

Le traitement du syndrome

Si l'affection est due à un mauvais positionnement du talon, le médecin cherche à corriger la position de celui-ci par des chaussures spéciales, des orthèses, etc. Il peut également proposer un traitement anti-inflammatoire ou un glaçage pluriquotidien pour réduire les gonflements au niveau de l'articulation de la cheville.

Si ces méthodes échouent, le médecin envisage une intervention chirurgicale. Celle-ci a pour objectif de libérer ou desserrer les structures présentes dans le tunnel tarsien.

Messages

  • J’aimerais savoir s’il y a des exercices à faire pour soulager les engourdissements de mes tunnels tarsiens ?
    Merci !
    Jacqueline Raymond

  • J ai été opéré d un tunnel tarsien bilatéral il y a 4 ans avec une évolution négative et persistance et même aggravation progressive des douleurs et paresthésies des pieds
    J ai été réopéré 2 fois à droite ou je souffrais le plus mais sans amélioration
    Je suis soun lyrica 300x2 et tiapridal 1/j
    La neurostimulation n entraîne pas de soulagement
    Les symptômes s aggravent progressivement et le périmètre de marche se limite à la maison
    Merci pour les conseils

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Cheville

Santé Doc