2 juillet 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologieSinistrose

La sinistrose, la manie d’être surindemnisé

Scientifiquement décrite pour la première fois en 1908, par le neurologue français Edouard Brissard (1852 -1909), la sinistrose ou névrose de revendication est un trouble mental qui survient à la suite d’un sinistre ou d’un préjudice corporel susceptible d’être indemnisé. Après le traitement ou la guérison des blessures, la victime s’obstine à revendiquer afin de profiter d’une réparation financière maximale.

Également appelée névrose de compensation, ce syndrome psychique se manifeste par des troubles fonctionnels et par une conduite pathologique qui tend à conserver ou à exagérer les symptômes physiques ou psychologiques d'une maladie, des suites d'une opération chirurgicale, d'un accident du travail ou de la route.

Le sinistré qui se sent digne d'une indemnisation manifeste des comportements à des fins économiques.

Ce trouble mental est marqué par une obsession névrotique de l'atteinte corporelle, l'amplification du préjudice subi ou le refus de reconnaitre la guérison chez une victime qui cherche à obtenir une compensation financière maximale.

Les symptômes de la sinistrose

La sinistrose se manifeste par des symptômes physiques et psychologiques présentés par une victime qui cherche à tirer profit d'un accident, d'une opération chirurgicale, d'une maladie en s'obstinant à revendiquer en vue d'obtenir une indemnisation conséquente. Il manifeste ainsi des tendances revendicatrices, voire paranoïaque en faisant état d'une série de maux subjectifs.

Pour obtenir une indemnisation maximale, la victime va ainsi exagérer son incapacité fonctionnelle, faire état d'une multitude de malaises subjectifs. De fait, malgré la fin des séquelles ou la guérison, la victime est persuadée qu'elle est malade et qu'elle ne peut pas exercer une activité professionnelle. Estimant qu'elle n'a pas encore la compensation qu'elle mérite, la victime refuse de reconnaître qu'elle est guérie et va procéder à une fausse interprétation de la loi.

Elle manifeste ainsi une attitude pathologique, une exagération du droit d'indemnisation et se confine dans un statut d'invalide en exagérant parfois une infirmité existante. Ce comportement qui laisse transparaitre un délire de revendication, est ainsi motivé par le désir de bénéficier d'un avantage financier, de tirer profit d'un préjudice subi. La victime réclame indûment des dommages et intérêt, une pension d'invalidité ou une augmentation de la rente.

Les causes de la sinistrose

La sinistrose peut être le résultat d'une séquelle émotionnelle issue d'une blessure accidentelle ou d'une blessure narcissique. L'éveil d'un sentiment d'injustice et le besoin de réconfort ou de reconnaissance de la part de l'entourage peuvent générer la recherche du statut de victime ou une exagération du préjudice subi.

La victime cherche ainsi à faire prévaloir la gravité des conséquences du sinistre pour obtenir un réconfort et une indemnisation conséquente.

Les signes et les symptômes de la sinistrose peuvent survenir à la suite d'un trouble psychique ou d'un épisode de stress post-traumatique. La sinistrose qui se manifeste également par le délire de revendication est parfois associée aux délires paranoïaques.

Le traitement de la sinistrose

En présence d'un cas de sinistrose, il convient de mettre fin rapidement au dossier de réparation et d'octroyer une réparation financière équitable à la victime.

Le traitement peut nécessiter une prise en charge psychothérapique qui est toujours utile en vue d'aider les sinistrosiques.

La stratégie thérapeutique peut être médicamenteuse avec la prescription des anxiolytiques ou des antidépresseurs.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc