16 juillet 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologieMaladie de Gilles de la Tourette

La maladie de Gilles de la Tourette

La maladie de Gilles de la Tourette, aussi connue sous le nom de syndrome de Gilles de la Tourette, est une maladie neurologique d’évolution chronique, caractérisée par des tics moteurs et vocaux variés, brefs et intermittents. Elle se manifeste ainsi par une incoordination motrice, des vocalisations d’intensité variable, des mouvements brefs irréguliers et stéréotypés qui peuvent être associés à des comportements inhabituels ou des troubles neurocomportementaux.

Le neurologue français Georges Albert Edouard Brutus Gilles de la Tourette (1857-1904) fut le premier à décrire, en 1865, ce syndrome qui s'observe habituellement au cours de l'enfance et affecte autant les garçons que les filles.

Les symptômes de la maladie de Gilles de la Tourette

Le tableau clinique est dominé par des tics moteurs et des tics sonores multiples qui fluctuent d'une période à une autre. Ces tics incontrôlables, rapides ou lents peuvent être associés à des troubles cognitifs ou comportementaux qui affectent la qualité de vie du patient.

Les tics moteurs

Les tics moteurs peuvent être circonscrits au niveau du visage, du cou, de la tête, des épaules et bien d'autres parties du corps. Ce sont des contractions musculaires qui se manifestent par des clignements des yeux, des grimaces faciales, des secousses de la tête, des étirements du cou, le tapotement d'une jambe, des haussements d'épaule, des crispations de la bouche. Un muscle ou un petit groupe de muscles est sollicité lors de la manifestation de ces tics simples

Les plus complexes font intervenir un grand groupe de muscles, ce sont des manifestations motrices plus compliquées et mieux organisées telles que les mouvements involontaires inappropriés, à savoir, donner un coup de pied, toucher des objets, s'accroupir, l'attouchement d'autres personnes, le fait d'effectuer des gestes obscènes (copropraxie) ou d'imiter les mouvements d'une autre personne (échopraxie).

Les tics sonores

Les tics sonores peuvent être également simples, complexes et organisés. Le reniflement, le raclement continuel de la gorge, le clappement avec la langue, les glapissements, les sifflements sont, entre autres, des vocalisations simples.

Les plus complexes et les plus organisés ont un sens linguistique et peuvent consister à répéter des syllabes ou des mots prononcés par soi-même (palilalie), à répéter automatiquement, en écho, les paroles ou les syllabes prononcées par quelqu'un (écholalie) ou à prononcer involontaire des termes orduriers, de nature sexuelle ou obscène (coprolalie).

Les troubles cognitifs et comportementaux

Des troubles cognitifs et comportementaux peuvent être associés aux tics moteurs et sonores, selon la sévérité du syndrome. Il s'agit notamment des troubles obsessionnels-compulsifs, des troubles déficitaires de l'attention avec ou sans hyperactivité, des troubles de l'humeur, des difficultés d'apprentissage.

Les causes de la maladie de Gilles de la Tourette

Les facteurs à l'origine de l'apparition de la maladie de Gilles de la Tourette ne sont pas encore clairement identifiés. Plusieurs hypothèses sont émises et font prévaloir des causes multifactorielles à composante génétique, neurologique et environnementale.

Il semblerait qu'avec le risque de transmission familiale, cette entité syndromique serait le résultat de l'implication de plusieurs gènes qui pourraient précipiter la survenue de la maladie. Mais les différentes études n'ont pas encore permis, l'identification de ces gènes qui augmenteraient la susceptibilité à développer cette pathologie.

Des dysfonctionnements biochimiques au niveau du cerveau et des perturbations affectant le système des neurotransmetteurs ou les messagers chimiques du cerveau (norépinephrine, dopamine, sérotonine) sont également suspectés.

Des facteurs environnementaux pourraient intervenir dans le développement ou l'apparition du syndrome, notamment les complications lors de l'accouchement, le stress au cours de la grossesse ou juste après l'accouchement, la consommation excessive ou chronique des psychostimulants ou des substances toxiques (tabac, alcool, café), de la mère durant la grossesse.

Le traitement de la maladie de Gilles de la Tourette

Il n'existe pas de traitement curatif contre le syndrome de Gilles de la Tourette. Cependant la prise en charge thérapeutique permet d'atténuer les symptômes.

A cette fin, le traitement médicamenteux est utile lorsque les manifestations cliniques sont très handicapantes et altèrent considérablement la vie quotidienne du malade. Les neuroleptiques sont prescrits contre les tics modérés et sévères. Les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine sont recommandés pour traiter les troubles obsessionnels compulsifs.

Lorsque le malade se sent déprimé et ne peut pas maintenir des relations avec son entourage, une psychothérapie est préconisée afin d'améliorer l'estime de soi et les contacts sociaux en vue de l'aider à faire face aux retentissements de ce syndrome dans sa vie psychologique et sociale. Une thérapie cognitive et comportementale est également bien indiquée en présence d'un trouble du comportement et d'un trouble obsessionnel compulsif.

Messages

  • j’ai actuellement des amis qui ont de gros problèmes avec leur fils atteint du syndrome de la Tourette . Il était équilibré jusqu’au moment où avec ses copains il est allé en boîte de nuit ,s’est laissé entraîner ,les tics sont revenus en masse avec de l’auto mutilation ,se tapait la tête contre les murs le soir .
    Ses parents n’avaient pas vu que son manque de confiance en lui ,l’avait fait dérivé sur un alcoolisme ,bière sur bière ,vodka,whisky en boîte de nuit ...
    Bref ,il a été hospitalisé en urgence parce que sa mère a eu peur pour son fils .... Il a été sevré complètement ,mais depuis hurle à ses parents qu’il était mieux avant ,plus heureux ...
    Sa mère culpabilise beaucoup ,a peur de perdre son fils qui est grandement dépressif ....
    Elle n’arrête pas de parler négativement et ce devant son fils ,je pense que ce n’est pas la bonne formule .Mais elle n’entend pas .
    Actuellement son fils reprend des neuroleptiques mais les tics sont revenus ....
    Elle ne sait plus quoi faire ,son fils ne se lève plus pour aller travailler ,émerge péniblement à 11 heures ou midi .
    Je suis un peu longue ,excusez-moi mais je ne sais quoi lui conseiller .
    Pouvez vous m’aider et les aider ...
    J’ajoute que le père du gamin de 21 ans déjà est lui aussi décomposé . ....
    Que faire ....
    Brigitte

  • @Brigitte
    vous n’êtes pas longue, il manque même des données chronologiques à votre récit. Hormis la maladie de Gilles de la Tourette, le jeune homme présente aussi des symptômes de sevrage alcoolique, qui s’avèrent sévères 24 à 72 heures après l’arrêt subit de l’alcool, et s’estompent environ dix jours plus tard, voire plus. C’est normal qu’il hurle et se plaigne (la gueule de bois, c’est pénible). Il importe de surveiller le garçon, surtout qu’il est "grandement dépressif" afin que les idées noires ne prennent pas le dessus. Après, il s’en remettra puisqu’il est suivi par des médecins. Courage.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc