17 juin 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologieHypersomnie

Comment sortir de l’hypersomnie ?

L’hypersomnie est un trouble neurologique qui affecte la quantité et la qualité du sommeil. Elle se manifeste par une augmentation quantitative et une diminution qualitative du sommeil.

Le sommeil est assez long, mais il n'est pas récupérateur. Avec cette mauvaise qualité du sommeil, les personnes hypersomniaques éprouvent des difficultés pour se lever le matin, se sentent fatiguées pendant la journée, s'endorment partiellement ou totalement au cours de la journée.

Le rallongement du temps de sommeil est ainsi associé à un besoin de sommeil, à une somnolence diurne.

Les différents types d'hypersomnie

L'hypersomnie primaire ou hypersomnie idiopathique, caractérisée par un besoin excessif de sommeil et une hypersomnolence, est une pathologie qui désorganise les états de veille et de sommeil.

L'hypersomnie secondaire est consécutive à une pathologie (narcolepsie, dépression) ou à une prise de médicaments (psychotropes, antalgiques). Il s'agit d'une hypersomnie pathologique ou médicamenteuse.

L'hypersomnie récurrente caractérisée par une grande somnolence au cours de la journée, survient par crise récurrente et de périodicité variable comme dans le cas de l'hypersomnie périodique menstruelle ou du syndrome de Kleine Levin.

Les symptômes de l'hypersomnie

Les signes manifestes de l'hypersomnie sont :

  • une somnolence diurne excessive
  • un sommeil nocturne prolongé
  • des accès de sommeil au cours de la journée
  • un sommeil allongé la nuit et des difficultés pour se réveiller (ivresse de sommeil)
  • des siestes longues mais qui ne permettent à l'hypersomniaque de récupérer
  • une fatigue constante
  • une baisse de la vigilance
  • des difficultés au niveau de la concentration
  • une baisse de l'énergie
  • des troubles de l'humeur

Les causes de l'hypersomnie

L'hypersomnie peut être liée à des causes variables et peut résulter d'une série de facteurs au nombre desquels figurent :

  • les facteurs physiologiques : la fatigue chronique, la privation de sommeil, etc.
  • les facteurs pathologiques : traumatisme crânien, tumeur cérébrale, narcolepsie, la maladie du sommeil avec la mouche tsé-tsé, etc.
  • les problèmes psychologiques : la dépression, l'anxiété, etc.
  • les facteurs environnementaux : le décalage horaire ou le dérèglement de l'horloge biologique, le ronflement d'un partenaire
  • les causes liées à la prise de certains médicaments tels que les tranquillisants, les hypnotiques, etc.

Le traitement de l'hypersomnie

La prise en charge thérapeutique de l'hypersomnie nécessite un bilan étiologique (c'est-à-dire la recherche de la cause jacente) et le traitement de cette cause. Ainsi, la stratégie thérapeutique peut avoir recours à des consultations médicales en vue d'enrayer certaines pathologies, aux sevrages de certains médicaments, à la réduction ou à l'élimination de la prise de certains médicaments. Un traitement différencié s'impose alors, selon la cause jacente de l'hypersomnie.

Le traitement médicamenteux de l'hypersomnie repose sur la prescription des psychostimulants, des dépresseurs du système nerveux central ou des antidépresseurs stimulants.

Des traitements non pharmacologiques peuvent être recommandés pour améliorer la qualité du sommeil. Il s'agit notamment des conseils relatifs à une bonne hygiène de sommeil, à la pratique régulière d'exercices physiques, à l'adoption de bonnes habitudes alimentaires. Ce traitement requiert ainsi des changements de comportement, une participation active de l'hypersomniaque, une thérapie comportementale et cognitive, un soutien et un suivi psychologique.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc