1er juillet 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologieComportement antisocial de l’adolescence

Corriger le comportement antisocial de l’adolescence

Le comportement antisocial de l'adolescence est souvent défini comme un ensemble d'actes qui ne favorisent pas l'établissement des liens sociaux ou d'interactions sociales acceptables.

Ces actes sont des réactions observables et structurées caractérisées entre autres par un mépris manifeste à l'égard des bonnes mœurs, du droit et des besoins d'autrui.

Le passage à l'acte au cours de la phase juvénile peut ainsi nuire aux autres et avoir des répercussions sociales négatives. La persistance et la chronicité de ces comportements perturbateurs, rebelles et agressifs peuvent s'inscrire dans un cadre psychopathologique et favoriser le développement des troubles de la conduite ou d'une personnalité antisociale. Les troubles et la personnalité de l'adulte peuvent, ainsi, éclore ou se manifester déjà au cours de l'adolescence.

Les indicateurs du comportement antisocial de l'adolescence

Les indicateurs de comportement antisocial chez l'adolescent pourraient inclure :

  • le vandalisme, les dommages matériels, les graffitis
  • le vol à l'étalage
  • l'insouciance à l'égard de sa propre sécurité et de celle des autres
  • le mépris répété envers les personnes en position d'autorité
  • les sévices sur des individus ou des animaux
  • la destruction des biens matériels, des objets ou des mobiliers
  • l'utilisation abusive du mensonge pour obtenir des biens
  • l'absence ou le manque d'empathie pour le bien-être d'autrui
  • des bagarres fréquentes avec les pairs.

Les causes du comportement antisocial de l'adolescence

Les causes des comportements antisociaux ne sauraient résulter d'un seul facteur. Les réactions observables lors de la période conflictuelle et angoissante qui prédomine au cours de l'adolescence, dans un contexte de circonstances, impliquant la combinaison de multiples facteurs favorisant le passage à l'acte. Des facteurs, d'ordre psychologique, familial, social ou organique, peuvent être à l'origine d'un comportement antisocial chez l'adolescent.

Facteurs psychologiques :

  • l'hyperactivité ou les déficits de l'attention
  • l'immaturité émotionnelle
  • des traits d'impulsivité
  • la faiblesse de l'estime de soi.

Facteurs familiaux :

  • le manque de supervision parentale
  • un style d'éducation permissive ou punitive
  • la prévalence des conflits familiaux entre les parents ou entre les parents et les enfants
  • des antécédents familiaux marqués par la persistance de comportements antisociaux.

Facteurs sociaux :

  • l'influence négative des pairs antisociaux
  • la fréquentation des pairs qui manifestent des comportements antisociaux
  • conséquences négatives des réseaux sociaux, de la violence dans le milieu de vie ou à la télévision.

› la rébellion ou le manque de lien d'attachement avec la société.

Facteurs organiques :

  • le tabagisme de la mère au cours de la grossesse
  • les lésions cérébrales, les dysfonctions cérébrales temporaires ou permanentes
  • une anomalie au niveau des fonctions du cerveau
  • un trouble neurologique

Le traitement du comportement social de l'adolescent

Une intervention ciblant les comportements antisociaux est une approche efficace pour prévenir l'aggravation des problèmes de comportement chez l'adolescent. Elle s'avère utile lorsqu'elle combine les thérapies individuelles, familiales ou de groupe impliquant les pairs. Ces approches thérapeutiques peuvent faciliter la promotion des comportements positifs chez les adolescents, la résolution des conflits et les relations interpersonnelles, en développant par ailleurs les compétences parentales.

De façon spécifique, les thérapies cognitives et comportementales contribuent au développement des comportements sociaux en favorisant une expression saine des émotions. Elles ont également pour objectif la réduction des comportements agressifs, l'augmentation des interactions prosociales et le traitement des distorsions cognitives.

Les interventions pharmacologiques sont essentiellement destinées à réduire l'hyperactivité et l'impulsivité par le biais des psychostimulants et/ou des stabilisateurs de l'humeur.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc