14 juillet 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologieDysmorphophobie

La dysmorphophobie, le syndrome dysmorphique

La dysmorphophobie ou la peur d’une dysmorphie corporelle, également connue sous le nom de syndrome dysmorphique, est une maladie mentale caractérisée par des préoccupations persistantes et intrusives concernant un défaut imaginaire ou mineur de l’apparence physique.

Cette déformation réelle ou supposée d'un aspect du corps (ventre, seins, poitrine, yeux, nez, etc.) va être à l'origine d'une préoccupation obsédante et d'une vision déformée du corps et du visage par rapport à la réalité. Cette préoccupation va génère une détresse importante et altérer le fonctionnement émotionnel, professionnel et social de la victime. Les dysmorphophobiques souffrent d'un trouble de l'image de soi et de la relation avec leur corps

La peur dysmorphie corporelle affecte autant les hommes que les femmes. Elle débute généralement au cours de l'adolescence et s'installe de façon progressive.

Les symptômes de la dysmorphophobie

Les dysmorphophobiques ont une crainte maladive d'être ou de devenir laids. Cette crainte qui peut être diffuse ou focalisée sur un aspect du corps va provoquer des comportements répétitifs ou compulsifs destinés à se scruter devant une surface réfléchissante, à dissimuler ou à améliorer cette imperfection supposée de la partie du corps.

Cette peur de la dysmorphie corporelle se manifeste ainsi par l'examen minutieux du corps devant un miroir pendant de longues heures ou à l'inverse l'évitement du miroir. Avec la volonté manifeste de cacher la partie corporelle supposée disgracieuse, le dysmorphophobique va s'adonner à un maquillage excessif ou porter un chapeau ou des vêtements visant à camoufler les défauts perçus. Certains ont peur d'attirer le regard des autres sur ces difformités, pour ce faire, ils évitent les relations sociales ou de sortir de leur appartement. D'autres vont consulter fréquemment un chirurgien esthétique pour corriger toute laideur corporelle.

Les causes de la dysmorphophobie

Les facteurs à l'origine de la dysmorphophobie sont encore mal connus. Cependant, des anomalies au niveau de la neurochimie du cerveau ou un déséquilibre de certaines substances chimiques, notamment les neurotransmetteurs tels que la sérotonine, pourraient précipiter l'apparition de cette pathologie mentale.

La faiblesse de l'estime de soi ne permet aux victimes de la dysmorphophobie de se sentir belles et attirantes. Ainsi, une diminution de l'estime de soi peut se manifester par une focalisation sur un défaut imaginaire de l'apparence physique.

Aussi, des traumatismes psychologiques, les abus physiques ou émotionnels, la négligence et le stress peuvent également contribuer à l'apparition des symptômes de la dysmorphophobie. Ainsi, les traits de personnalité et les expériences de la vie peuvent être à l'origine de cette symptomatologie.

Le traitement de la dysmorphophobie

La démarche thérapeutique s'inscrit principalement dans le cadre d'une psychothérapie visant à évacuer les angoisses et la culpabilité du dysmorphophobique, en l'aidant, par ailleurs, à retrouver une bonne estime de soi. Dans cette perspective, la thérapie cognitive et comportementale est une approche adaptée pour mettre un terme aux pensées négatives et contribuer à l'édification d'une image plus réaliste et positive de soi. Elle permet ainsi de surmonter la mauvaise image de soi.

Administré par un médecin psychiatre, le traitement médicamenteux à base d'antidépresseurs, notamment les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, offre également d'excellents résultats. Cette médication soulage le dysmorphophobique en atténuant les symptômes.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc