14 juillet 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologieDyscalculie

Dyscalculie : quand chiffres et formules deviennent ennuyeux

La dyscalculie est un trouble de l’apprentissage des opérations de calcul, des compétences numériques, de la compréhension mathématique et des habiletés arithmétiques, qui se manifeste chez un sujet ayant une intelligence normale et qui ne présente pas un déficit sensoriel.

Les personnes affectées par ce trouble de l'apprentissage ont une mauvaise compréhension du langage mathématique, des difficultés lors de l'exécution des opérations mathématiques et de la lecture des chiffres. Elles ont des aptitudes défectueuses en arithmétiques et des difficultés au niveau de l'acquisition des structures logico-mathématiques. Pour ce faire, l'apprentissage du nombre et du calcul devient ainsi difficile.

Les symptômes et les manifestations de la dyscalculie

La dyscalculie se manifeste à travers plusieurs difficultés liées au calcul, aux opérations, à la résolution des problèmes, aux procédures de comptage, etc. Ainsi les sujets affectés par la dyscalculie éprouvent des difficultés visuo-spatiales et ne parviennent pas à traiter convenablement ce qu'ils observent. Le traitement du langage constitue également une difficulté chez ces sujets dyscalculiques qui ne parviennent pas à donner un sens à ce qu'il entend.

Ces difficultés affectent les compétences en mathématique et induisent des difficultés au niveau de la lecture et de l'écriture des nombres, de la disposition des nombres ou dans la réalisation des opérations mathématiques. La planification et la conduite des séquences ordonnées des opérations nécessaires à la réalisation des calculs complexes sont, de ce fait, difficiles. Une mauvaise compréhension des signes mathématiques ne permet pas aux dyscalculiques de maîtriser les faits arithmétiques (table de multiplication, addition).

Pour ce faire, la résolution des opérations arithmétiques, est pénible. La mémorisation des faits mathématiques ou des tables (multiplication, addition, division, soustraction) n'est pas aisée. Le traitement des symboles mathématiques est laborieux. La saisie et l'utilisation des termes mathématiques (la quantité, la différence, etc.) sont malaisées chez les dyscalculiques.

Les causes de la dyscalculie

Les causes de la dyscalculie ne sont pas clairement identifiées et semblent être liées à des facteurs complexes. Cependant, certaines hypothèses font prévaloir des causes neurologiques, à savoir, les lésions cérébrales. Ainsi, la dyscalculie résulterait d'un dysfonctionnement des aires cérébrales particulières (la zone de Brodmann) et du processus de traitement du calcul, d'un développement anormal du lobe pariétal gauche ou d'une perturbation au niveau neurones associés au calcul, localisés dans la zone intra-pariétale du cortex.

Un trouble visuo-attentionnel ou visuo-spatial pourrait être à l'origine des problèmes d'organisation spatiale et de la mauvais position des chiffres. Les atteintes visuo-spatiales, les troubles des discriminations spatiales ainsi que des problèmes au niveau de la mémoire des nombres et des chiffres seraient ainsi des facteurs qui favoriseraient des déficits dans les acquisitions numériques.

Les difficultés inhabituelles dans l'apprentissage de l'arithmétique peuvent avoir d'autres origines en relation avec une dynamique familiale pathogène, des troubles psychoaffectifs et des troubles du schéma corporel.

La prise en charge de la dyscalculie

Pour une prise en charge efficace de la dyscalculie, il convient d'initier une recherche étiologique par le biais d'un bilan neurologique destiné à écarter toute lésion cérébrale ou d'un bilan neuropsychologique afin d'évaluer les capacités attentionnelles et mnésiques.

Pour appréhender le schéma sous lequel, l'enfant perçoit son corps dans l'espace, un bilan en psychomotricité est recommandé. Le bilan orthophonique permet d'identifier les difficultés, les besoins et les caractéristiques du dyscalculique afin de mieux adapter la rééducation.

Après ce bilan initial, plusieurs approches thérapeutiques peuvent être envisagées en fonction du diagnostic posé et de la nature des problèmes identifiés.
Il est ainsi possible d'entreprendre une rééducation basée sur une approche neurocognitive ou une rééducation psychomotrice fondée sur la qualité du schéma corporel et les capacités d'organisation spatiale. L'orthophoniste spécialisé dans la rééducation de la dyscalculie intervient également en vue de traiter cette faiblesse au niveau de l'apprentissage des opérations de calcul.

Dans le cadre de la prise charge, un soutien psychologique peut s'avérer nécessaire, lorsque le sujet est confronté à des problèmes psychoaffectifs.
Aussi, pour remédier aux difficultés liées à la dyscalculie, une aide pédagogique ou une prise en charge pédagogique peut être proposée aux enfants dyscalculiques.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc