30 juin 2014 AccueilMaladiesPsychopathologie et neuropathologiePeur panique

Sortir de la peur panique en modifiant les pensées catastrophiques

La peur panique est un ensemble de réactions consécutives à une menace connue, précise et bien définie qui peut être réel ou imaginaire. Elle caractérise la peur dans sa forme extrême qui envahit le sujet de sensations physiques et mentales. C'est donc un état mental ou un sentiment de grande peur qui, survient subitement et violemment, génère des réactions inadaptées. Elle affecte le comportement, la perception et l'esprit.

Les symptômes de la peur panique

Sur le plan physique, la peur panique se manifeste par des réactions physiologiques d'alerte telles que l'accélération du rythme cardiaque, associée à des battements de cœur, à un pouls rapide et à des palpitations. Ces manifestations intenses génèrent un essoufflement ou des difficultés respiratoires, une sensation de suffocation, une sudation excessive, des tremblements ou des secousses musculaires.

Des frissons apparaissent également sous l'emprise de cette peur intense. Le sujet éprouve une sensation d'étranglement, des difficultés pour remuer ses membres, notamment les jambes et les bras.

Au niveau psychologique, le sujet est submergé par un malaise intense et mal défini. Il est envahi par la peur de contrôle de soi et commettre un acte répréhensible. D'autres épisodes d'appréhensions tels que la peur de devenir fou et la peur de mourir d'un arrêt cardiaque, affectent également la victime d'une peur panique. Parfois, des difficultés de concentration et des sentiments d'irréalité surgissent.

Au niveau comportemental, une agitation désordonnée et une excitation psychomotrice sont, par moment, perceptibles avec des mouvements exagérés, des va-et-vient, de grands sursauts.

Les causes de la peur panique

La peur panique peut être liée, de façon générale, à une menace externe ou interne. Plusieurs événements peuvent ainsi déclencher la survenue d'une peur panique. Il s'agit notamment des événements traumatisants ou stressants tels que la perte d'un être cher. Certaines personnes vont ainsi développer une sensibilité particulière aux événements stressants qui aura pour conséquence une vulnérabilité biologique.

Avec la prévalence d'un stress chronique au cours de l'enfance, l'adulte devient psychologiquement vulnérable et paniquent facilement lorsque certains évènements surviennent.

Une situation phobogène ou un élément lié à une phobie peut être également un facteur déclencheur. La toxicomanie, l'abus de l'alcool, la consommation excessive de la caféine ou la prise de certains médicaments peuvent également contribuer au déclenchement d'une peur panique.

Le traitement de la peur panique

Lorsque la peur panique est récurrente, il convient d'initier un traitement en vue d'améliorer la qualité de vie du sujet. Cette prise en charge thérapeutique comprend généralement une psychothérapie cognitivo-comportementale et une chimiothérapie.

Le recours à la thérapie d'approche cognitivo-comportementale est grandement bénéfique pour le sujet affecté par une peur panique. Elle permet d'enseigner des stratégies qui contribuent à la modification des pensées catastrophiques afin de mettre fin au processus conduisant à la peur panique.

Certains médicaments peuvent être prescrits dans le cadre d'un traitement pharmacologique. Ce sont, notamment, les benzodiazépines et les antidépresseurs tels que les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine.

Psychopathologie et neuropathologie

Santé Doc