6 novembre 2014 AccueilMédicamentsPsychotrophesThymorégulateursValpromide

Valpromide, un thymorégulateur aux propriétés antipsychotiques et antiépileptiques

Ce médicament est un régulateur de l’humeur qui est proposé dans le traitement de la psychose maniaco-dépressive ou trouble bipolaire. Il permet, par ailleurs, de stabiliser les personnalités sujettes à des états d’agressivité. Il est également utilisé dans la prise en charge de l’épilepsie.

Le valpromide déploie des activités thermorégulatrices et antiépileptiques qui contribuent à la réduction des symptômes liés à diverses pathologies. Malgré l'efficacité thérapeutique, la prudence doit être de mise avant la prescription de ce médicament compte de la prévalence de certaines contre-indications et des risques d'apparition de divers effets indésirables.

Indications thérapeutiques

Le valpromide est indiqué dans le traitement des troubles affectifs tels que le trouble bipolaire. Il est également utilisé dans la prise en charge de certaines formes de schizophrénies et en présence des états agressifs ou des accès de violence chez certains sujets.

En cas de contre-indication ou d'intolérance au lithium, le valpromide est préconisé en vue de traiter le trouble bipolaire caractérisé par des épisodes maniques et dépressifs. L'intérêt de ce médicament est orienté vers le traitement curatif des phases maniaques marquées par une humeur exaltée, expansive, par une agitation psychomotrice. Le valpromide est caractérisé par une action sédative qui attenue l'excitation et l'agitation psychomotrice. Ce médicament permet également de prévenir les rechutes des troubles bipolaires.

Le valpromide possède des propriétés anti-convulsionnantes. Il est prescrit en présence des épilepsies caractérisées par des manifestations psychiatriques. En plus des troubles épileptiques, le valpromide peut être administré aux patients confronté à un état d'agressivité ou à une période d'accès de violence. Il permet stabiliser les patients agressifs. L'agressivité pathologique est également une indication du valpromide.

Contre indications

Ce médicament est absolument contre-indiqué aux patients présentant un antécédent d'hypersensibilité ou une allergie au valpromide ou à l'un des constituants, mais également au valproate, au divalproate. La porphyrie et un antécédent personnel ou familial d'hépatite sévère due à un médicament, constituent également des contre-indications absolues.

Précaution d'emploi

L'association du valpromide avec le millepertuis ou des médicaments bien spécifiques (mélfloquine, carbamazépine, lamotrigine, felbamate, phénytoïne), est déconseillée. Au cours du traitement, le patient ne doit pas consommer des boissons alcoolisées. Un bilan hépatique et un examen hématologique, doivent être envisagés avant le traitement, de façon régulière pendant le traitement et après le traitement. Une surveillance médicale est également requise chez les sujets âgés et chez les patients qui souffrent d'une insuffisance rénale.

L'arrêt du traitement ne doit pas être brusque. Il doit être décidé en accord avec le médecin et de façon progressive dans le but d'éviter le risque d'exposition à une rechute.

Effets indésirables

Des affections hépatobiliaires tels que l'hépatopathie, des troubles biologiques hépatiques, ainsi que des affections gastro-intestinales, à savoir, les nausées, les diarrhées, des douleurs abdominales, peuvent survenir au cours du traitement. La prise du valpromide peut également provoquer des maux de tête, des états confusionnels, une somnolence, des difficultés de concentration, la chute de cheveux, la prise de poids.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Thymorégulateurs

Psychotrophes

Médicaments

Santé Doc