6 novembre 2014 AccueilMédicamentsPsychotrophesThymorégulateursOlanzapine

Olanzapine, un neuroleptique atypique employé comme thymorégulateur

L’olanzapine est généralement prescrit aux personnes affectées par des troubles nerveux, émotionnels et mentaux. Il est couramment utilisé dans le cadre de la prise en charge thérapeutique de la schizophrénie, du trouble bipolaire et des épisodes maniaques.

L'olanzapine est indiquée pour le traitement des pathologies psychiques, en l'occurrence, la psychose maniaco-dépressive ou trouble bipolaire et la schizophrénie.

Le trouble bipolaire est un trouble psychique caractérisé par l'alternance et la répétition des manifestations d'excitation (état maniaque) et des périodes de dépression. L'olanzapine permet de traiter les épisodes maniaques modérés à sévères et est indiquée pour la prévention des récidives de trouble bipolaire. Elle intervient également dans la prise en charge des périodes d'excitation et permet d'éviter les rechutes dans le cadre d'un trouble bipolaire. Cet effet thérapeutique a pour conséquence une amélioration des capacités de concentration et d'attentions des patients.

La prescription de l'olanzapine est élargie à la schizophrénie qui est une maladie psychique caractérisée par des hallucinations, un repli affectif, des difficultés relationnelles, des troubles de la pensée, des périodes de délire. Elle permet d'améliorer l'état émotionnel et mental des schizophrènes.

La prescription médicale de ce médicament n'est pas indiquée en cas d'hypersensibilité à l'olanzapine ou à l'un de ses excipients, ou s'il prévaut un risque connu de glaucome à angle fermé.

Précautions d'emploi

La prise de l'olanzapine requiert un avis médical chez les femmes enceintes et celles qui allaitent. Ces dernières ne devraient pas utiliser ce médicament. En cas d'insuffisance rénale ou d'insuffisance hépatique, il convient d'adapter ou d'ajuster la posologie à l'état des patients.

Une surveillance médicale spécifique avec des analyses régulières du sang du patient est conseillée lors du traitement chez les patients qui souffrent d'une affection hépatique. Cette surveillance médicale est également requise chez les patients affectés par une pathologie cardiaque. Compte tenu du risque de somnolence extrême, la consommation de l'alcool est déconseillée pendant le traitement.

Effets indésirables

La prise de l'olanzapine peut provoquer l'apparition de certains effets indésirables plus ou moins gênants. Une prise de poids, une difficulté de concentration, la somnolence, la fatigue, la sécheresse buccale, des vertiges, des étourdissements et des mouvements ou des grimaces involontaires, peuvent survenir pendant le traitement.

D'autres effets secondaires peuvent apparaitre lors de l'utilisation de l'olanzapine, ce sont les éruptions cutanées, les convulsions, les raideurs des bras et des jambes, la constipation. Certaines réactions allergiques avec notamment le gonflement du visage, de la langue ou de la gorge, nécessitent urgemment une aide médicale. Certains patients doivent envisager l'arrêt du traitement et doivent consulter immédiatement un médecin, avec la manifestation des difficultés respiratoires, l'augmentation de la transpiration, la perte du contrôle de la vessie, l'apparition d'une raideur musculaire sévère.

Thymorégulateurs

Psychotrophes

Médicaments

Neuroleptiques

Santé Doc