27 octobre 2014 AccueilMaladiesMaladies sexuelles et gynécologiquesVaginite

La vaginite, ses causes et son traitement

Cette pathologie touche la plupart des femmes au moins une fois dans leur vie. Elle provoque des douleurs ainsi que des démangeaisons. Son traitement doit être fait assez vite pour éviter des complications irréversibles.

La vaginite entraine chez la femme des écoulements vaginaux qui peuvent être blanchâtres et malodorants, une irritation, ainsi que des démangeaisons. Elle peut également provoquer une sensation de brulure lors de la miction ou à la suite de rapports sexuels.

Diagnostic

Le médecin commence par poser une série de questions au patient sur ses antécédents d'infections vaginales ou d'IST. Il cherche ensuite à déterminer une variation du pH vaginal. Les écoulements seront également analysés pour confirmer la présence d'une infection.

En cas d'absence d'infection, le médecin posera une nouvelle série de questions pour déterminer les différents produits qui auraient pu entrainer une réaction allergique.

Les causes de la vaginite

Il existe plusieurs types de vaginite en fonction des causes de son apparition.

La vaginite atrophique

Cette vaginite est due à la diminution du taux d'œstrogènes ainsi qu'à l'amincissement de la muqueuse vaginale. Elle apparait le plus souvent à la ménopause.

La vaginite infectieuse

Elle est causée par une bactérie ou des champignons. Elle se transmet généralement à la suite d'un rapport non protégé ou est due à une fistule (canal anormal reliant l'intestin au vagin).

La vaginite bactérienne

Cette forme de vaginite est provoquée par un déséquilibre au niveau des bactéries présentes normalement au niveau du vagin. Le risque de contracter cette vaginite est accru chez les femmes qui fument, celles qui portent un dispositif intra-utérin ou qui ont plusieurs partenaires sexuels.

La vaginite à levures ou candidose vaginale

Elle est provoquée par une croissance importante de la levure présente dans la flore vaginale. La prise de certains antibiotiques ainsi que l'augmentation du taux d'œstrogènes peuvent entrainer cette croissance excessive. Cette forme de vaginite est fréquente chez les femmes ayant un régime alimentaire pauvre, qui manquent de sommeil ou qui sont beaucoup stressées.

La vaginite non infectieuse

Dans le cas de la vaginite non infectieuse, l'inflammation de la paroi vaginale est due à une réaction allergique.

Le traitement de la vaginite

Le choix du traitement dépend des causes de la maladie

La vaginite d'origine infectieuse

Le médecin peut prescrire en traitement local des antifongiques, des antiparasitaires ou des antiseptiques sous forme de comprimés gynécologiques, de crèmes ou de capsules vaginales. Des comprimés antibiotiques, antiparasitaires ou antifongiques peuvent être également prescrits par voie orale.

Pour éviter de contaminer son partenaire et une récidive, il est important d'éviter toute relation sexuelle durant le traitement ou d'utiliser un préservatif. Le partenaire doit souvent suivre un traitement simultanément. La toilette intime durant cette période doit être uniquement externe et faite à l'aide d'un produit doux.

Lorsque la vaginite est non infectieuse

Le traitement de la vaginite non infectieuse consiste à supprimer les causes responsables de l'inflammation. Il peut s'agir de changer de produit de toilette, d'arrêter de porter des sous-vêtements trop serrés.

Pour le traitement de la vaginite atrophique, le médecin prescrira des œstrogènes et dans certains cas des hydratants vaginaux.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Maladies sexuelles et gynécologiques

Santé Doc