19 novembre 2014 AccueilMédicamentsPsychotrophesPsychostimulantsClasse des psychostimulants

Les médicaments psychostimulants

Les psychostimulants sont des stimulants de la vigilance ; ils améliorent l’éveil et l’attention. Ils sont prescrits en vue de traiter les hypersomniaques, les narcoleptiques et les patients affectés par les troubles de l’attention.

Substance médicamenteuse, les psychostimulants, comme leur nom l'indique, stimulent la vigilance, accroissent l'énergie et dopent l'activité intellectuelle. Ils améliorent les fonctions mentales et physiques en agissant, par ailleurs, sur le système nerveux. Avec ce mode d'action qui stimule le système nerveux central, les psychostimulants appartiennent au groupe des psychotropes. Ils déploient divers effets thérapeutiques, particulièrement, efficaces en présence d'une symptomatologie liée au trouble de l'attention et bien d'autres indications (hypersomnie, narcolepsie). Les possibilités d'apparition des effets indésirables, notamment, une augmentation du rythme cardiaque, de la pression artérielle, peuvent l'emporter sur les effets positifs de ces médicaments.

Mode d'action

Généralement délivrés avec une ordonnance médicale, les médicaments psychostimulants se présentent sous plusieurs noms commerciaux. Ils peuvent être à base de méthylphénidates, phenylétylamines ou d'amphétamines avec un mécanisme d'action qui accélère le fonctionnement du système nerveux. Les psychostimulants accroissent le niveau des neurotransmetteurs tels que la dopamine, le glutamate, la sérotonine, la noradrénaline ou l'adrénaline. C'est la libération de ces substances chimiques ou l'inhibition de la recapture présynaptique de celles-ci, qui provoque une augmentation de la concentration de ces neurotransmetteurs.

Ainsi, certains psychostimulants agissent en augmentant la quantité de neurotransmetteurs, notamment, les amphétamines qui accroissent l'afflux de la dopamine et entrainent la libération de la sérotonine. D'autres, tels que les phenylétylamines stimulent le système nerveux en favorisant l'inhibition de la recapture de la dopamine. Quant à la dixamphétamine, elle affine et module son action sur le système nerveux en augmentant la libération de la dopamine et de la noradrénaline et en inhibant la recapture de ces substances chimiques au niveau de la fente synaptique.

Les utilisations thérapeutiques

Les psychostimulants déploient des effets bénéfiques en agissant au niveau du cerveau, en modifiant l'activité mentale et les comportements. Leur action stimulante sur le cerveau permet de traiter efficacement plusieurs pathologies.

Ils peuvent être utilisés à des fins thérapeutiques dans la prise en charge du trouble déficitaire de l'attention (TDA) ou du trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). La prise des psychostimulants, permet d'accroitre la capacité d'attention et de concentration tout en diminuant l'agressivité et l'impulsivité des patients affectés par un trouble de l'attention. Un faible niveau de glutamate, est associé au trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Les psychostimulants accroissent le niveau de ce neurotransmetteur qui est associé au contrôle du comportement et contribue ainsi au bien-être des patients affectés par les troubles de l'attention.

Les psychostimulants sont, également, prescrits en vue de traiter l'hypersomnie (caractérisée par un sommeil excessif) et la narcolepsie (dominée par une crise de sommeil incontrôlable). Ils permettent de contrer la somnolence et la fatigue, d'augmenter l'attention et la concentration, de garder le patient éveillé. Ils contribuent au maintien de la vigilance tout au long de la journée.

Effets indésirables

Les effets indésirables communs aux médicaments psychostimulants sont les troubles du sommeil, les maux de tête, les lourdeurs de l'estomac, une perte de l'appétit, une tension nerveuse, des sensations vertigineuses, une élévation de la pression sanguine, une augmentation de la pression artérielle systolique.

Les psychostimulants peuvent provoquer une perte de poids et une anorexie ainsi qu'une accélération du pouls et du rythme cardiaque avec pour conséquence des palpitations, une hypertension. Un état confusionnel, un état délirant, un infarctus du myocarde et des convulsions mortelles peuvent survenir à la suite d'un abus de psychostimulants.

Psychostimulants

Psychotrophes

Médicaments

Santé Doc